Vu sur le web

Personal data : la consécration du «Qualified Self»

2

Calories, tension, sommeil, productivité… Collecter ses données personnelles, les analyser et les partager fait désormais partie des nouveaux usages. Retour sur le « Qualified Self », porte ouverte à une meilleure gestion de son corps… et à un nouveau business. 

Cette décennie est sans nul doute celle de la data. Le « quantified self » ou la « mesure de soi » s’est répandu de manière considérable, notamment dans le domaine du sport, du bien-être et de la santé. N’importe quel « mobinaute » peut désormais gérer son corps et son comportement via ses données personnelles, collectées par le biais d’applications mobiles et de capteurs spécifiques.

> Collecter et comprendre ses données

Qu’il s’agisse du nombre de calories brûlées, de l’humidité dans une pièce, de sa tension, de son diabète, ou de son cholestérol par exemple, suivre de près ses données est désormais à la portée de tous. 

Généralement restituées sous forme d’infographie, elles deviennent plus facilement compréhensibles, et permettent de suivre précisément ses propres évolutions sur le long terme. 

Si la mesure de soi n’est pas nouvelle - le pèse-personne est après tout utilisé depuis longtemps ! - cette collecte affinée permise par les nouvelles technologies offre la possibilité de se fixer de nouveaux objectifs et de les gérer plus facilement. 

> Partager ses données

Le partage de ses propres résultats sur les réseaux sociaux ou sur des sites internet dédiés reste optionnel. Toutefois, il permet d’obtenir le soutien de son entourage et éventuellement, de personnes s’étant fixé les mêmes objectifs. Comme l’explique Emmanuel Gadenne, manager chez Sopra Consulting et auteur du « Guide pratique du Quantified Self », à Florence Fauconnier pour le JDN :

« En réalité, l'étape de partage est utile pour recevoir d'une part des encouragements, d'autre part des conseils ».

Observer d’autres individus se fixer des objectifs et les atteindre permet de se motiver soi-même :

« Ceux-ci, au lieu de faire un 'like' comme sur Facebook, font un 're-do' : cet effort les a inspirés eux aussi à faire un effort », raconte l’expert qui précise « Après l'essor de l'Internet des contenus, puis l'avènement de l'Internet des amis, nous disposons maintenant des outils pour dépasser ce stade et voir l'instauration de l'Internet des actions ».

> Un nouveau marché pour la data

Outre le développement des applications et des capteurs, de nouveaux services se sont développés autour de ces données – tels que le coaching personnel à distance, par exemple. Le « Quantified Self » pourrait ainsi être un marché de plusieurs milliards de dollars selon Emmanuel Gadenne, qui voit de belles années à la « santé connectée ». Au risque que les gens deviennent « dataddict » ? 

Photographie : © BSIP PHOTOTA KE/CNRI

2 Comments


Philippe Galipon

Les auto-mesures medicales  constituent un repère personnel de santé mais n’ont de sens que si elle sont interprétées par un médecin

D'autre part, le problème des applications d’automesure sur smartphone c'est l'agrégation et la correlation des parametres mesurés issus d’applications differentes,

le 17 October 2012
corlay catherine

Bonjour, je ne suis pas une bonne marcheuse, pour me motiver cet appareil
qualified self me semble parfait, ou peut on se le procurer ? QUEL EST SON COUT , merci de votre reponse  

le 21 October 2013

Ajouter un commentaire


Loading
biuquote
  • Comment
  • Preview

S'abonner à la newsletter

Votre adresse email sera uniquement utilisée pour vous envoyer la newsletter de RSLN. Microsoft ne l'utilisera pour aucune autre communication, qu'elle soit commerciale ou institutionnelle. Microsoft ne vend ni ne loue ses listes d'abonnées à des tiers.