Sam Altman viré d’OpenAI, la qualité des résultats de ChatGPT s’en ressent déjà

Alex Vandecker
Alex Vandecker Tags:
9 Min de lecture
Écoutez cet article
5/5 - (1 vote)

M. Altman, cofondateur de la société, a été licencié après que le conseil d’administration a estimé qu’il n’était pas assez “franc” dans ses communications avec lui.

La société Open AI, fabricant de logiciels de chat, a annoncé vendredi qu’elle avait écarté son cofondateur et PDG, Sam Altman, après avoir constaté qu’il n’était “pas toujours franc dans ses communications” avec le conseil d’administration.

Pour profiter des services de streaming bloqués dans certains pays et de torrent en tout sécurité, vous devez utiliser un VPN. Un VPN vous permet également de souscrire à des services payants comme Netflix ou YouTube premium en ne payant que 10% du prix.
Lisez notre guide à ce sujet.
Notre offre spéciale NordVPN

nordvpn

“Le conseil d’administration n’a plus confiance en sa capacité à continuer à diriger OpenAI”, a déclaré la société d’intelligence artificielle (IA) dans un communiqué.

Mira Murati, directrice de la technologie d’OpenAI, assurera l’intérim à compter de ce jour, a indiqué l’entreprise, pendant qu’elle cherche un remplaçant permanent.

Un porte-parole d’OpenAI a refusé de répondre aux questions concernant le prétendu manque de franchise de M. Altman. Le communiqué indique que son comportement a empêché le conseil d’administration d’exercer ses responsabilités.

M. Altman a publié un message vendredi sur X, anciennement Twitter : “J’ai adoré mon passage à l’OpenAi. Cela a été une transformation pour moi personnellement et, je l’espère, pour le monde entier. Surtout, j’ai adoré travailler avec des gens aussi talentueux. J’en dirai plus sur la suite plus tard”.

M. Altman a participé à la création d’OpenAI en tant que laboratoire de recherche à but non lucratif en 2015.

L’année dernière, il a été propulsé sous les feux de la rampe en tant que visage d’OpenAI et de l’essor de l’IA en général, après que le ChatGPT a explosé dans l’esprit du public.

Lors d’une tournée mondiale au début de l’année, il a été pris d’assaut par une foule d’admirateurs lors d’un événement à Londres.

Il a rencontré de nombreux chefs d’État pour discuter du potentiel et des dangers de l’IA. Jeudi dernier, il a participé à un sommet des chefs d’entreprise lors de la conférence de la Coopération économique Asie-Pacifique à San Francisco, aux États-Unis, où l’OpenAI est basée.

L’IA, le plus grand bond en avant

Il a prédit que l’IA constituera “le plus grand bond en avant de toutes les grandes révolutions technologiques que nous avons connues jusqu’à présent”.

Mais il a également reconnu la nécessité de mettre en place des garde-fous, en attirant l’attention sur les dangers existentiels que pourrait poser l’IA à l’avenir.

Certains informaticiens ont critiqué cette focalisation sur des risques lointains, estimant qu’elle détourne l’attention des limites et des préjudices réels des produits d’IA actuels.

Au début de l’année, la Commission fédérale du commerce des États-Unis a ouvert une enquête pour déterminer si OpenAI avait enfreint les lois sur la protection des consommateurs en récupérant des données publiques et en publiant de fausses informations par l’intermédiaire de son chatbot.

Dans le cadre de la transition annoncée vendredi, le président du conseil d’administration d’OpenAI, Greg Brockman, quittera ses fonctions de président du conseil d’administration, mais restera à la tête de l’entreprise, sous la responsabilité du PDG. Le communiqué ne donne aucune explication sur ce changement.

L’entreprise a indiqué que son conseil d’administration était composé du scientifique en chef d’OpenAI, Ilya Sutskever, et de trois personnes n’appartenant pas à l’entreprise : Adam D’Angelo, PDG de Quora, Tasha McCauley, entrepreneur en technologie, et Helen Toner, du Georgetown Center for Security and Emerging Technology.

Le principal partenaire commercial d’OpenAI, Microsoft, qui a investi des milliards de dollars dans la startup et a contribué à fournir la puissance de calcul nécessaire au fonctionnement de ses systèmes d’IA, a déclaré que la transition n’affecterait pas ses relations.

“Nous avons un partenariat à long terme avec OpenAI et Microsoft reste engagé auprès de Mira et de son équipe alors que nous apportons cette nouvelle ère de l’IA à nos clients”, a déclaré Microsoft dans un communiqué envoyé par courriel.
Sam est l’une des personnes les plus intelligentes que je connaisse

Sur le même sujet :  Voici ChaosGPT : Un chatbot d'IA déterminé à dominer le monde

Bien qu’il n’ait pas reçu de formation d’ingénieur en IA, M. Altman, aujourd’hui âgé de 38 ans, est considéré comme un prodige de la Silicon Valley depuis l’âge de 20 ans. Il a été recruté en 2014 pour prendre la direction de l’incubateur de start-up YCombinator par son cofondateur, l’investisseur Paul Graham.

“Sam est l’une des personnes les plus intelligentes que je connaisse et il comprend les startups mieux que quiconque, y compris moi-même”, peut-on lire dans l’annonce faite par Graham en 2014, selon laquelle Altman deviendrait le président d’YCombinator.

Graham avait alors déclaré qu’Altman était “l’une de ces rares personnes qui parviennent à être à la fois redoutablement efficaces et pourtant fondamentalement bienveillantes”.

OpenAI a débuté en tant qu’organisation à but non lucratif lors de son lancement en 2015, avec le soutien financier d’Elon Musk, PDG de Tesla, et d’autres personnes.

Ses objectifs déclarés étaient de “faire progresser l’intelligence numérique de la manière la plus susceptible de profiter à l’humanité dans son ensemble, sans être contraint par la nécessité de générer un retour financier”.

Les choses ont changé en 2018, lorsque la société a constitué une entreprise à but lucratif, Open AI LP, et y a affecté la quasi-totalité de son personnel, peu de temps après avoir publié la première génération de son modèle de grand langage GPT, qui permet d’imiter l’écriture humaine. À peu près au même moment, M. Musk, qui coprésidait le conseil d’administration avec M. Altman, a démissionné du conseil d’administration, ce qui, selon la startup, éliminerait un “conflit potentiel futur pour Elon” en raison des travaux de Tesla sur la construction de systèmes de conduite autonome.

Alors que le conseil d’administration d’OpenAI a conservé sa structure de gouvernance à but non lucratif, la startup qu’il supervise a de plus en plus cherché à capitaliser sur sa technologie en adaptant son populaire chatbot aux clients professionnels.

Lors de sa première conférence de développeurs, la semaine dernière, M. Altman a été le principal orateur à présenter sa vision d’un avenir où les agents d’intelligence artificielle pourraient aider les gens à accomplir toute une série de tâches. Quelques jours plus tard, il a annoncé que l’entreprise devrait interrompre les nouveaux abonnements à sa version premium de ChatGPT parce qu’elle avait dépassé sa capacité.

Un cas de transition exécutive

Le départ de M. Altman “est en effet choquant car il a été le visage de la technologie de l’IA générative”, a déclaré Arun Chandrasekaran, analyste chez Gartner.

Il a déclaré qu’OpenAI disposait toujours d’un “groupe important de leaders techniques”, mais que ses prochains dirigeants devront l’aider à relever les défis liés à l’expansion de l’entreprise et à répondre aux attentes des régulateurs et de la société.

Rowan Curran, analyste chez Forrester, a déclaré que le départ de M. Altman, “bien que soudain”, ne reflète probablement pas les problèmes rencontrés par OpenAI.

“Il semble qu’il s’agisse d’un cas de transition exécutive liée à des problèmes avec la personne en question, et non avec la technologie ou l’activité sous-jacente”, a déclaré M. Curran.

M. Altman a plusieurs possibilités pour la suite. Même lorsqu’il dirigeait OpenAI, il a fait des paris importants sur plusieurs autres entreprises et projets.

Parmi ceux-ci, citons Helion Energy, qui développe des réacteurs à fusion capables de produire des quantités prodigieuses d’énergie à partir de l’hydrogène contenu dans l’eau de mer, et Retro Biosciences, qui vise à allonger la durée de vie humaine de 10 ans grâce à la biotechnologie.

M. Altman a également cofondé Worldcoin, un projet de biométrie et de crypto-monnaie qui scanne les yeux des gens dans le but de créer une vaste identité numérique et un réseau financier.

RSLNmag, site d'amateurs passionnés, a besoin de VOUS ! Ajoutez nous à vos favoris sur Google News (icône ☆) pour nous faire connaître, merci d'avance !


--> Google News

Partagez cet article