Éducation

Quelle place aura le numérique dans la refondation de l'école ?

0

Alors que François Hollande prononce ce matin un discours majeur sur l'Éducation, RSLN fait le point sur les propositions numériques qui découlent de la concertation « pour une refondation de l'école de la République », menée depuis juillet par Vincent Peillon.

Début juillet, Vincent Peillon, fraichement nommé ministre de l'Éducation nationale, impulsait une grande concertation pour « refonder l'école de la République ». Après trois mois de débats et le recueil de centaines de contributions, notamment au travers d'un site internet dédié, le ministre a rendu public, vendredi 5 octobre, un rapport d'étape qui synthétise les propositions.

Ce document devrait être le socle du discours que prononcera François Hollande, mardi 9 octobre à la Sorbonne. Vincent Peillon présentera quant à lui ses premiers arbitrages, jeudi 11 octobre, avec en ligne de mire le vote d'une loi avant la fin de l'année.

> Satisfecit pour les profs innovants

Dès les premières pages, les profs innovants sont à l'honneur. Le rapport ne manque pas de saluer l'action des enseignants « qui initient de nouvelles pédagogies dans le domaine du numérique » et montrent « que le système peut fonctionner autrement »

« Ces idées, énergies, capacité de mobilisation sont insuffisamment valorisées et demeurent circonscrites à des espaces locaux qui communiquent trop peu ».

Ces dizaines de milliers de professeurs qui utilisent le numérique au quotidien dans leurs classes sont présentés comme des « pionniers » qui doivent être « reconnus et encouragés », tandis que « leur expérience doit être écoutée pour déterminer la politique numérique nationale ».

Selon le ministère, c'est avant tout « en primaire que doivent être renforcés les usages pédagogiques du numérique qui n'en sont encore qu'à leurs balbutiements ».

> Éviter une nouvelle fracture numérique

Second constat présenté dans ce rapport : « si nos enfants sont bien équipés, leur capacité de lecture dans le monde numérique est tout juste dans la moyenne de l'OCDE ».

« Les élèves qui disposent de faibles compétences en compréhension de l'écrit numérique constituent en France un plus gros bataillons que dans les autres pays. »

Une situation qui fait craindre « une nouvelle fracture numérique, qui s'ajoute à une fracture linguistique particulièrement préjudiciable dans notre monde ouvert et internationalisé ».

Autre risque de fracture, qu'il convient de prévenir : le facteur géographique. Dans un souci « de justice et d'égalité », le rapport estime donc indispensable de placer les territoires « au cœur de la réflexion ».

> Le numérique : « Une priorité pour la réussite »

Reprenant les mots employés par Vincent Peillon, fin août, à l'université d'été du numérique à l'école, le rapport souligne que « notre monde vit une mutation de nature comparable à ce qui s'est passé avec l'imprimerie ».

« Toute la société, les sciences, la vie quotidienne et économique sont conditionnées par ces bouleversements, l’École doit pleinement entrer dans l’ère du numérique. »

Tous les domaines de l’éducation sont concernés par ces évolutions : architecture des établissements, équipement des salles de classe, des élèves et des enseignants, formation des enseignants, pilotage du système, recherche et production de ressources, modèle économique de la ressource pédagogique, politique industrielle du numérique, apprentissage de la compréhension de la culture numérique, ou encore insertion professionnelle par le numérique.

> Premier axe : « Apprendre le numérique »

Alors qu'il existe déjà un Centre de liaison de l'enseignement et des médias d'information (CLEMI) en charge de l'éducation aux médias dans l'ensemble du système éducatif, le rapport préconise d'inscrire cette éducation « dans la loi, au même rang que les apprentissages fondamentaux » et d'en réaffirmer « la dimension numérique »

Il suggère aussi de « mettre en place un plan 'numérique en primaire' qui vise à renforcer les équipements, les usages, l'innovation et la formation des enseignants ». Un engagement déjà pris par les précédents gouvernements mais qui s'était en partie heurté à la nécessité de moyens

> Second axe : « Former au numérique »

Le rapport prône le renforcement de la formation aux usages du numérique de l'ensemble des personnels d'enseignement, d'éducation et d'encadrement. Ces connaissances seront désormais sanctionnées « aux concours de recrutement ».

Afin d'assurer la maintenance des réseaux et l'entretien des équipements, il propose également la mise en place « de personnels dédiés, présents dans les établissements ».

> Soutenir la création de contenus innovants

Au-delà de la formation, il s'agit de mettre en place « des plates-formes collaboratives de travail » et « des structures d'essaimage de l'innovation », qui encouragent l'autonomie et la créativité des enseignants dans la production et la diffusion des ressources.

Dans cette optique, le lien avec les « équipes de recherche » serait renforcé. Une « politique publique de recherche » verrait même le jour dans le cadre des applications pédagogiques du numérique. Elle associerait éditeurs, chercheurs et pédagogues afin de « créer les conditions optimales de généralisation et de développement des usages ». Elle aurait également pour mission d'évaluer « leur impact en termes de performances scolaires ».

> Une carte d'aménagement territorial 

Enfin, le rapport estime que « le partage des compétences et des charges entre l'État et les collectivités doit être organisé précisément dans la loi ». Cette définition s'accompagnerait d'une « carte d'aménagement territorial numérique » qui contribuerait à prévenir les risques de fracture.

Matthieu Lamarre le 08/10/2012
Matthieu
Matthieu Lamarre le 08/10/2012

Ajouter un commentaire


Loading
biuquote
  • Comment
  • Preview

S'abonner à la newsletter

Votre adresse email sera uniquement utilisée pour vous envoyer la newsletter de RSLN. Microsoft ne l'utilisera pour aucune autre communication, qu'elle soit commerciale ou institutionnelle. Microsoft ne vend ni ne loue ses listes d'abonnées à des tiers.