Vu sur le web

Vincent Peillon annonce « un service public de soutien scolaire en ligne »

0

Le ministre de l’Education nationale a dévoilé ses premières mesures en faveur de l’e-education, à l’occasion de la 9e édition de l’université d’été Ludovia, qui réunit les professionnels du secteur.

C’est sur un ton volontariste que Vincent Peillon s’est adressé à la communauté éducative et aux entreprises de l’e-education, mardi 28 août. Selon lui, « on ne pourra refonder l’Ecole de la République et faire la République du 21e siècle, sans prendre en compte pleinement, volontairement et efficacement la dimension nouvelle introduite par le numérique dans notre culture et dans notre civilisation».

Cette ambition se traduira dans les prochains mois par « une nouvelle offre de services publics numériques éducatifs », qui seront « une composante à part entière du service public d’enseignement » et bénéficieront directement aux élèves.

Deux mesures, qui figuraient déjà dans le programme présidentiel de François Hollande, semblent se dégager : d’une part « un service public de soutien scolaire en ligne » et d’autre part « une plateforme qui permette aux enseignants d’échanger et de mutualiser leurs productions et leurs innovations pédagogiques ».

> Enrichir la base de productions pédagogiques

Le ministère aura par ailleurs la charge « d’organiser et de distribuer aux élèves et aux enseignants les productions pédagogiques qui émanent du service public, comme de mettre en ligne les sujets et les corrigés des examens et des concours ».

Enfin, Vincent Peillon interviendra sur la formation des enseignants, en y intégrant une part « substantielle » dédiée « à l’usage pédagogique du numérique et de l’Internet, qui fait trop souvent défaut aujourd’hui ».

Matthieu Lamarre le 29/08/2012
Matthieu
Matthieu Lamarre le 29/08/2012

Ajouter un commentaire


Loading
biuquote
  • Comment
  • Preview

S'abonner à la newsletter

Votre adresse email sera uniquement utilisée pour vous envoyer la newsletter de RSLN. Microsoft ne l'utilisera pour aucune autre communication, qu'elle soit commerciale ou institutionnelle. Microsoft ne vend ni ne loue ses listes d'abonnées à des tiers.