Suivez-nous également sur Twitter @RSLNmag
Éducation

Numérique à l'école : le débat entre Nicolas Princen, Fleur Pellerin et Philippe Meirieu

1

Après les spécialistes de l’éducation, plusieurs personnalités politiques ont débattu de la place du numérique à l’école lors de notre journée consacrée au sujet, le 5 avril dernier. Retour sur cette table ronde qui réunissait Nicolas Princen, responsable de la web campagne de Nicolas Sarkozy, Fleur Pellerin, conseillère sur les questions numériques de François Hollande et Philippe Meirieu, enseignant-chercheur et membre d'Europe Ecologie Les Verts.

Maryline Baumard, responsable du service éducation du Monde, et François Jarraud, rédacteur en chef du café pédagogique, ont animé ce débat.

> Revoir l’intégralité du débat

> Aujourd’hui, où en est-on ?

Pour Philippe Meirieu, l’inégalité d’accès aux savoirs prévaut, et l’ « illétrisme numérique » doit être combattu. Nicolas Princen acquiesce, et partage sa « frustration » à propos de l’écart qui existe entre la réalité et ce qu’offre, en termes d’opportunités, le numérique pour l’éducation : « il reste beaucoup à réinventer », dit-il. « Oui, il faut concevoir le numérique comme un outil pour réussir à réduire ces inégalités », complète Fleur Pellerin.

> Les pistes proposées

Le représentant des écologistes trace quatre perspectives à suivre de près dans les années à venir.

L’équipement d’abord, « pas à la hauteur des besoins aujourd’hui ». L’organisation du numérique doit ensuite aller plus dans le sens du « partage et de la coopération », deux termes qui lui tiennent à cœur. Ce qui passe par exemple par la création de plates-formes qui facilitent la circulation des savoirs et des cours pour les étudiants. Ces derniers doivent aussi apprendre à « maîtriser davantage le numérique », de manière beaucoup plus exigeante que cela n’est fait actuellement.

Enfin, il insiste sur le fait que chacun doit savoir s’approprier ces outils pour s’émanciper et non en être esclave, à l’image de la pensée que développe son collègue Bernard Stiegler sur les lettrés du numérique. Selon lui, il faut tout de même résister à la tentation de se livrer à des apprentissages entièrement « horizontaux et immédiats ». L’enseignant doit rester le gardien d’une école où on apprend avant tout à « décélérer » plutôt que l’inverse.

L’ex-conseiller élyséen de Nicolas Sarkozy veut dépasser la question des équipements pour aller sur le terrain des contenus, qui « dépassent le monde de l’école, car ils peuvent agir comme un relais à l’extérieur pour continuer à s’éduquer », explique-t-il.

Que faire alors pour les « 100 000 élèves par classe d’âge qui se noient », selon lui, au sein d'un système qui n'arrive pas à les faire réussir ? D’après un rapport du Conseil National du Numérique, auquel Nicolas Princen fait référence, l’enjeu serait de personnaliser l’apprentissage pour chacun, grâce au numérique.

« L’urgence, affirme-t-il, est donc de créer de outils adéquats pour les individus les plus en difficultés. »

Il conçoit également Internet comme une opportunité pour « redonner du pouvoir aux parents, plus à même de contrôler les résultats de leurs enfants ». Dernière chose, l’Etat devrait revoir « ses façons de travailler » pour intégrer plus largement les solutions proposées par « la société civile et les entreprises ».

Fleur Pellerin de son côté réaffirme la volonté de son candidat de faire de la « jeunesse, donc l’éducation », le cœur de son projet. Dans la continuité du « grand plan pour l’e-éducation » proposé par Vincent Peillon, elle a partagé sur scène quelques propositions à mettre en œuvre si François Hollande était élu.

« Développer davantage de ressources en ligne avec des partenariats public-privé et accroître la recherche pour combler notre retard sur les nouveaux modes d’apprentissage, quelle que soit la matière », propose Fleur Pellerin.

La conseillère du candidat socialiste revient sur les carences en matière de formation des enseignants :

« Pas pour leur apprendre l’informatique, ils sont parmi les groupes les plus connectés, précise-t-elle. Mais pour les aider à innover grâce au numérique. Nous insisterons sur la formation initiale et continue de tous les professeurs. »

Du côté des élèves, un « service public en ligne pour le soutien scolaire » doit aussi voir le jour, pour accompagner les élèves les plus en difficultés. Et la nouvelle spécialité informatique lancée à la rentrée 2012 devrait être pour Fleur Pellerin étendue à toutes le filières générales et technologiques, et pas seulement réservée au Bac Scientifique.

 

 

RSLN le 30/04/2012
rsln
RSLN le 30/04/2012
Photographie :

1 Comments


philobae

Il reste beaucoup de travail a faire. Une petite contribution au passage. http://ecolenumerique.overblog.com/

le 22 July 2012

Pingbacks and trackbacks (3)+

Ajouter un commentaire


Loading
biuquote
  • Comment
  • Preview

S'abonner à la newsletter

Votre adresse email sera uniquement utilisée pour vous envoyer la newsletter de RSLN. Microsoft ne l'utilisera pour aucune autre communication, qu'elle soit commerciale ou institutionnelle. Microsoft ne vend ni ne loue ses listes d'abonnées à des tiers.