Demain, tous codeurs ? débat

Tous codeurs ? Oui, et vite !

contributeur Gilles Babinet Entrepreneur, Président du Conseil National du Numérique en 2011-2012 le 24/04/2012

Faut-il transformer nos têtes blondes en informaticiens? Dans une société où le numérique devient prédominent, l'idée en est évidemment attrayante. 

Pourtant, chacun perçoit le coté aberrant qu'il peut y avoir à exacerber la valeur d'un savoir avant tout technique et très spécialisé. 

C'est pourtant le choix qu'ont fait nos amis anglais, il y maintenant huit mois au travers de leur programme XXX : tout élève qui passera dans le primaire bénéficiera d'un niveau de formation assez complet dans les langages de bases (HTML,  mySQL, PHP...). L'idée n'est pas de créer des armées de codeurs mais bien de permettre à chaque élève de comprendre la structure qui sous-tend les applications quotidiennes et, in fine, de leur permettre de mieux comprendre les sous-jacents du monde moderne. 

On peut raisonnablement prévoir qu'une minorité seulement d'entre ces élèves finiront par devenir informaticiens. Toutefois, on peut facilement concevoir que les autres, non seulement utiliseront les applications que les premiers auront développé, mais pourront de surcroît en optimiser l'usage, et concevoir de façon beaucoup plus efficace l'apport de l'informatique dans leur vie quotidienne ou à leur travail. 

Je n'ai pour ma part jamais appris convenablement à "coder" - faire du langage de programmation - et je le regrette presque quotidiennement. C'est un handicap lorsque je discute avec un chef de projet ou un programmeur et que j'essaye, avec mes mots, de lui exprimer mon souhait alors que lui-même tente de me faire comprendre les contraintes particulières de ce que je lui demande. 

Il ne faut pas se leurrer. Notre monde est en train de changer plus qu'il ne l'a probablement jamais fait. Continuer à envisager les formations comme nous le faisons, avec des changements à la marge, relève d'une attitude à minima irresponsable et d'une cécité aiguë sur les exigences du monde de demain.

On en parle sur Twitter


Ajouter un commentaire


biuquote
  • Comment
  • Preview
Loading