Suivez-nous également sur Twitter @RSLNmag
Vu sur le web

Les hôpitaux français à la croisée des chemins numériques

0

Les hôpitaux français prennent du retard face à leurs voisins en matière « d’informatique de santé ». Dans une tribune publiée sur LeMonde.fr, Jean-Pierre Thierry, membre du comité de gouvernance de la Healthcare Information and Management Systems Society Europe plaide pour une action nationale afin d’éviter une fracture numérique française en eSanté.

Nous l’avons évoqué plusieurs fois sur RSLN, le numérique modifie profondément le domaine de la santé. La médecine personnalisée s’impose comme une évolution majeure dans le domaine et a récemment été identifiée comme l’un des sept leviers de croissance. Selon le rapport « Innovation 2030 » de la commission présidée par Anne Lauvergeon, cité par Le Monde :

« La manière de se soigner en 2025 sera très différente de ce que nous connaissons. Ainsi, il est d'ores et déjà acquis que la médecine saura personnaliser son diagnostic en fonction des caractéristiques propres de chaque individu et notamment de son génome. Elle pourra adapter les modalités d'interventions médicamenteuses ou chirurgicales aux spécificités de chaque patient, diminuant ainsi le coût des soins à l'échelle d'une société. »

Mais la mise en place d’une telle médecine nécessite que ces Big Data soient structurées et enrichies. Comme l’explique Jean-Pierre Thierry dans Le Monde, il faut aujourd’hui rassembler en France « des données épidémiologiques, cliniques et de celles issues de la recherche » sur une large population. Une collecte qui nécessite de mettre en place les équipements informatiques adaptés.

Autre besoin non-négligeable : la formation d’un personnel en « informatique de santé » capable d’accompagner ces nouvelles pratiques. Et les changements sont urgents pour éviter que la France ne prenne davantage de retard. Jean-Pierre Thierry explique ainsi que sur différents critères, la France accuse un retard conséquent face à ses voisins. En termes d’hôpitaux raccordés aux réseaux haut débit par exemple, la commission européenne et l’OCDE place ainsi la France à la 25e place sur 30.

Un constat général qui doit stimuler une action à l’échelle nationale pour éviter que « le système de santé français ne soit confronté au risque d'une fracture numérique en eSanté ».

Pour en savoir plus et lire toute la tribune de Jean-Pierre Thierry, c’est par ici.

Pingbacks and trackbacks (1)+

Ajouter un commentaire


Loading
biuquote
  • Comment
  • Preview

S'abonner à la newsletter

Votre adresse email sera uniquement utilisée pour vous envoyer la newsletter de RSLN. Microsoft ne l'utilisera pour aucune autre communication, qu'elle soit commerciale ou institutionnelle. Microsoft ne vend ni ne loue ses listes d'abonnées à des tiers.