Éducation

Le tour de France du numérique pour l'éducation, c'est parti !

0

Le Tour de France numérique pour l’éducation a commencé à Paris ce mercredi 6 février. Un tour de l’Hexagone en 20 étapes pour découvrir les meilleurs projets numériques au service de l’éducation dans chaque académie. Mais surtout, une occasion unique de partager sur les nouveaux usages à l'école.

Organisé par le Centre National de Documentation Pédagogique (CNDP) en collaboration avec le Café pédagogique, l’évènement réunit des dizaines de professionnels dans chaque région. L’occasion de sensibiliser le corps enseignant aux nouvelles pratiques éducatives permises par le numérique, mais aussi de découvrir les innovations nées au sein des salles de classe. Claude Michellet, directeur de l’académie de Paris explique :

« On est au cœur d’une révolution importante qui n’est pas seulement une révolutions en termes d’outils mais aussi de savoirs, de pratiques. Et d’implication des uns et des autres. Les rencontres et les échanges sont primordiaux pour avancer. »

Casser la rigidité de l’école par le numérique

Le numérique transforme profondément l’éducation. Outre les changements cognitifs qu’il provoque, c’est la classe dans son ensemble qui se trouve transformée : le numérique remet en question les unités de lieu et de temps

Les élèves sont de plus en plus amenés à travailler ensemble à distance via Internet a indiqué le directeur d'académie :

« L’éducation nationale doit accepter la stratégie du web qui est une stratégie horizontale de réseau. Les rencontres comme celle d’aujourd’hui et les innovations qu’on peut y voir nous permettent de casser la rigidité du système éducatif actuel. »

Et c’est là toute l’ambition de ce tour de France pour l’éducation par le numérique : créer un maillage entre les établissements afin de stimuler les échanges, rendre le système éducatif français plus flexible et y intégrer les nouveaux usages numériques de manière intelligente.

S’adapter à des usages déjà existants

Les professionnels de l'éducation sont donc venus par dizaine pour trouver les solutions les plus efficaces afin de s'adapter aux nouvelles technologies.

Pour autant les enseignants et les élèves exploitent depuis longtemps le numérique à l'école par leurs propres moyens et n'hésitent pas à mobiliser leurs équipements personnels

Les enseignants sont très nombreux à utiliser leurs ordinateurs personnels pendant la classe. Bon nombre d'élèves ont également leurs matériels pour présenter des exposés ou encore travailler ensemble à distance

Véronique Franzini, directrice adjointe du collège parisien Henri IV explique ainsi :

«  On sent bien qu'il y a une volonté des professeurs de mutualiser les connaissances. Pour beaucoup ils se sont formés seuls à ces nouveaux outils. On voit aussi une volonté de s'adapter aux élèves et à leurs usages. Mais c'est un investissement qui a un coût. »

Et si la volonté de renouveler le parc informatique est présente, il fait tout à la fois naître quelques craintes :

«  Nous risquons d'avoir un vrai problème de maintenance à terme. C'est un problème qu'il faut prendre en compte. » 

Des professeurs qui innovent

Mais le « Tour de France du numérique par l'éducation » c'est aussi une exposition d'enseignants et autres professionnels qui viennent présenter de nouveaux dispositifs. Et les innovations présentées lors du lancement parisien ont fait la part belle aux matières scientifiques. Tablettes, ordinateurs ou encore smartphones, les applications étaient nombreuses pour appréhender les sciences au travers des écrans interactifs. 

Ange Ansour, professeur des écoles en CM1/CM2 fait ainsi découvrir la vie des fourmis à ses élèves au travers d’un dispositif numérique qui ne fait pas peur à ses têtes blondes :

« Nous plaçons de la nourriture près des fourmis avec une webcam au-dessus. Celle-ci suit les déplacements des fourmis qui viennent se nourrir. Nous utilisons ensuite un logiciel de tracking qui nous permet de colorer leur parcours et d’analyser leurs mouvements. Puis les élèves tiennent un cahier de bord scientifique collaboratif en ligne au gré de leurs expériences. »

Si la jeune professeure reste très enthousiaste face à ces nouveaux outils qui permettent de perfectionner l'expérience scientifique, elle reconnaît toutefois les limites de cet apprentissage. Elle explique :

« L'écran ne remplace pas la feuille de papier pour autant et le clavier ne permet pas encore une libération de l'esprit. Il ne faut pas se faire d'illusion. Il faut distinguer l'écriture de la saisie. » 

Mais le numérique s'avère utile dans bien d'autres matières encore. Vincent Barbier, professeur de musique au collège Mallarmé à Paris utilise depuis 2009 un blog Musikamal sur lequel il laisse les élèves regarder les vidéos dont il sera question au prochain cours. Il peut ainsi voir quelles sont les pages les plus fréquentées et adapte ses cours et son évaluation en fonction de ça :

« En classe nous pouvons prendre le temps d'en parler, et surtout de pratiquer la musique, c'est un temps que l'on peut consacrer à ça . Le blog me permet aussi de communiquer avec mes collègues d'une certaine manière, ils peuvent venir voir ce que les élèves font en cours de musique. » 

Mais le professeur reconnaît qu'il peut y avoir quelques inégalités :

« Heureusement les élèves ont presque tous internet chez eux. Pour les autres, il est vrai que je compte beaucoup sur le CDI du collège et les bibliothèques parisiennes.  » 

Des innovations souvent simples qui permettent un suivi personnalisé des élèves, et notamment de ceux qui ont le plus de difficultés. Prochaine étape du tour le 13 février à Lille. Et pour savoir quand il s'installera près de chez vous, c'est par ici.

Camille Gicquel le 07/02/2013
Camille
Camille Gicquel le 07/02/2013
Photographie : Photos par RSLN

Ajouter un commentaire


Loading
biuquote
  • Comment
  • Preview

S'abonner à la newsletter

Votre adresse email sera uniquement utilisée pour vous envoyer la newsletter de RSLN. Microsoft ne l'utilisera pour aucune autre communication, qu'elle soit commerciale ou institutionnelle. Microsoft ne vend ni ne loue ses listes d'abonnées à des tiers.