Éducation

BETT 2013 : les nouvelles promesses de l'éducation en ligne

0

Nous vous en parlions, la conférence annuelle dédiée à l’éducation et au numérique ouvrait ses portes, mercredi 30 janvier, dans le gigantesque centre de convention londonien Excel. Enseignants, élèves, chercheurs ou encore entrepreneurs, ils étaient des milliers à s’être déplacés pour découvrir ce que seront les classes du futur.

Véritable fourmilière, le BETT est un labyrinthe d’exposants et de conférenciers. Espagnols, Russes, Polonais … l’évènement a rassemblé des dizaines de nationalités différentes. Et les intervenants, qui se sont succédés dans l’arène centrale, étaient nombreux. Petite sélection des trois meilleurs moments qui ont rythmé cette première journée au sein de la BETT Arena.

> Daphne Koller : l’éducation en ligne, solution pour les exclus

Professeure d’informatique à l’université de Stanford, Daphne Koller est l’une des fondatrices de Coursera, plateforme de cours en ligne rassemblant près de deux millions et demi d’étudiants à travers le monde.

Outre le fort potentiel de ces cours en ligne dans les pays en développement notamment, Daphne Koller - que nous avons interviewée à la suite de la conférence - a rappelé le rôle majeur que l’enseignement sur Internet peut avoir auprès de personnes exclues des systèmes éducatifs traditionnels :

« Chez certains jeunes autistes, les cours en ligne ont été plus efficaces que n’importe quel cours en classe. Le format leur convient mieux : ils avancent à leur rythme, bénéficient de plusieurs courtes vidéos qui expliquent la leçon et peuvent avoir un feedback immédiat. Ils entrent dans une logique de jeu, ils peuvent recommencer jusqu’à ce qu’ils y arrivent. Ce format convient à beaucoup de monde. »

Mais ces cours en ligne ne sont pas de simples face à face avec des écrans. Ils permettent de créer de véritables communautés. Les étudiants se rassemblent en groupes d’étude sur le web en fonction de leurs centres d’intérêt

« Les dispositifs d’éducation en ligne permettent à des élèves passionnés de se plonger dans ce qu’ils aiment » a ainsi conclu Daphne Koller.

> Armand d’Angour : Les trois clefs de l’enseignement à distance

Autre intervention marquante de cette première journée : celle d’Armand d’Angour. Ce professeur de lettres classiques à l’université d’Oxford est venu rappeler que pour être efficace, l’enseignement en ligne doit malgré tout remplir certains critères d’apprentissage traditionnels.

La classe de demain ne peut plus se résumer à un cours face à face entre un professeur et un élève. Et si l’étudiant est de plus en plus invité à profiter d’un écran comme interface de travail, Armand d’Angour souligne lui aussi le rôle majeur de notre communauté sur le web.

Trois critères principaux doivent être remplis pour que cet apprentissage en ligne soit efficace. Apprendre est un processus longl’interactivité est un élément clef. Il est essentiel d’avoir des retours sur son travail et de se confronter à l’avis critique d’un autre individu afin de progresser. De même, l’orientation personnalisée s’impose comme un élément central, tout comme les  interactions humaines. 

« Pour progresser, on a besoin que l’on s’occupe de nous. Mais il ne faut pas non plus oublier que l’étudiant doit être motivé pour réussir » conclue ainsi Armand d’Angour.

 

> John Bergmann et Aaron Sams : La classe inversée

Dernière intervention très attendue de la journée : celle d'Aaron Sams et Jon Bergmann, pères de la « classe inversée ». C’est devant une foule passionnée que les deux professeurs ont fait leur spectacle. Dans une mise en scène parfaitement rodée, ils se sont respectivement donnés la parole afin de faire découvrir à l’audience le concept de cette classe « à l’envers. »

Il s’agit pour les professeurs d’enregistrer leurs cours sur vidéo et de laisser les élèves les regarder avant la classe afin de consacrer le temps devant le tableau aux exercices et aux questions, pour se concentrer sur les difficultés de chaque élève

Mais la classe inversée ne se résume pas aux vidéos comme le souligne les deux enseignants de lycée, et il faut s’assurer que les élèves puissent avoir accès à celles-ci :

« C’est un vrai problème, certains foyers ne sont pas encore équipés d’internet, nous transmettons donc les vidéos par clef USB » expliquent-ils.

Forts de leur succès, les deux professeurs ont même créé un réseau social dédié aux enseignants ayant choisi cette méthode de travail, Flippedclassroom, et dont les inscriptions ont été multipliées par dix en l’espace d’un an aux Etats-Unis.

Mais ce n’est que le début. L’évènement, qui durera jusqu’au 2 février s’apprête à recevoir de nombreux autres professionnels. Pour en savoir plus sur la suite du BETT, n’hésitez pas à suivre notre compte Twitter et à découvrir les zooms de la rédaction RSLN.

Photographie : Photos par RSLN

Pingbacks and trackbacks (3)+

Ajouter un commentaire


Loading
biuquote
  • Comment
  • Preview

S'abonner à la newsletter

Votre adresse email sera uniquement utilisée pour vous envoyer la newsletter de RSLN. Microsoft ne l'utilisera pour aucune autre communication, qu'elle soit commerciale ou institutionnelle. Microsoft ne vend ni ne loue ses listes d'abonnées à des tiers.