L'e-learning est-il l'avenir de l'éducation ? débat

Apprendre, plutôt qu'enseigner ?

contributeur Dominique Sciamma Directeur adjoint du Strate Collège Designers (Ecole Supérieure de Design Industriel) le 26/01/2013

Après l’écriture, l’imprimerie, la scolarisation de masse, l’explosion du nombre d’étudiants dans les universités, le fait d’apprendre va connaître lui aussi sa transmutation numérique, qui est inéluctable. 
Inscrite dans l’Histoire, la numérisation ne devrait pas moins en être une rupture, et même une double rupture.

Institutionnelle d’abord
Si le XXème siècle a vu s’affirmer et  s’institutionnaliser des politiques d’éducation systématique des populations, celles-ci, se sont construites sur des modèles de pouvoirs et un rapport aux savoirs issus d’un XIXème siècle industriel. C’est la figure de l’autorité qui est alors centrale : celle de l’Etat, du patron, du cadre, de l’Université, du professeur, de l’instituteur, du père. Le numérique et les pratiques en réseau, associées sinon productrices de l’élévation du niveau d’éducation va remettre en cause cette organisation, et donc la transmission. 
La figure de l’autorité va donc mourir, et avec elle une certaine idée de la transmission.

Méthodologique ensuite.
Parce que la figure de l’autorité va disparaître, ce sont donc de nouvelles méthodes d’enseignement qui vont devoir être INVENTEES. La nature de ce qui est transmis, voire ce qui est enseigné sera moins important que la manière et les conditions dans lesquelles les étudiants et les enseignants travailleront ensemble. Avec un savoir accessible de partout, commenté, illustré, critiqué comme jamais, le problème n’est plus de transmettre mais d’accéder, d’exploiter, de produire, d’inventer, de créer, ensemble (apprenant, enseignant), les contenus, les pratiques, les projets.

E-Maquillage ?
On aura noté qu’à aucun moment je n’ai évoqué ici de quelconques instanciations du E-Learning (encore un E-Machin de plus…). Car il y a un danger réel à voir les anciennes pratiques se vêtir d’habits nouveaux pour survivre. La E-Labelisation est de ce point de vue un danger mortel qui voit des acteurs et des modèles dépassés se remettre en selle en se numérisant en façade, en se contentant de mettre un nouveau nom sur un vieil objet.

E comme « Emplatre » sur une jambe de bois ?

On en parle sur Twitter


Pingbacks and trackbacks (1)+

Ajouter un commentaire


biuquote
  • Comment
  • Preview
Loading