L'e-learning est-il l'avenir de l'éducation ? débat

L'avenir est dans l'enseignement mixte : présentiel et e-learning

contributeur Jean-Michel Fourgous Ancien député (UMP) des Yvelines, auteur du rapport « Apprendre autrement à l'ère numérique » le 17/01/2013

Les Massive Open Online Course et l’e-learning en général possèdent de forts atouts aujourd’hui : ils répondent aux besoins des étudiants actuels qui aiment créer et collaborer ; Grâce à la co-élaboration et à l’individualisation qu’ils permettent, ils mettent l’accent sur l’apprentissage et non plus sur l’enseignement. Cependant, ces dispositifs nécessitent autonomie, motivation et un fort engagement. Le risque est donc d’accentuer les inégalités entre les étudiants et de favoriser ceux issus des milieux les plus favorisés qui possèdent ces « compétences de base ».

Par ailleurs, peut-il y avoir réellement apprentissage sans un « guide » ? Un MOOC  sans un animateur-formateur me semble quelque peu risqué du point de vue des apprentissages réalisés. La mise en place d’un tutorat me semble indispensable si on souhaite que les étudiants apprennent réellement quelque chose. D’une manière générale, je pense que l’avenir est plus dans l’enseignement mixte (présentiel et e-learning) que dans l’e-learning seul. Le temps en ligne vient alors compléter le temps en présentiel (ce qui implique de revoir le contenu du présentiel, de le consacrer aux travaux pratiques, aux échanges…). Ce renouveau du paysage universitaire implique un nouveau modèle d’évaluation, mais surtout une évolution du métier d’enseignant qui devient  plus « guide » et « tuteur ».

On en parle sur Twitter


Pingbacks and trackbacks (1)+

Ajouter un commentaire


biuquote
  • Comment
  • Preview
Loading