Prise en main : Outlaws, le Uncharted de Star Wars que nous n’avons jamais eu

Alex Vandecker
Alex Vandecker
6 Min de lecture
Notez cet article !

Il y a une décennie, le monde du jeu vidéo retenait son souffle devant une démo secrète présentée lors du salon E3 pour Star Wars 1313. Ce jeu, présenté comme le “Uncharted de Star Wars”, était le sujet de toutes les conversations de cet événement cette année-là. Ceux qui connaissent l’histoire de Star Wars 1313 savent comment elle s’est malheureusement terminée, avec l’annulation du jeu.

Aujourd’hui, dix ans plus tard et après plusieurs générations de consoles, Star Wars Outlaws est apparu, réveillant l’esprit de cette démo perdue. Ce jeu de tir et d’aventure à la troisième personne semblait donner vie à ce que nous avions tant espéré.

Notre session de jeu a été divisée en trois parties. La première mission nous a plongés dans l’infiltration d’un bar pour récupérer un objet des griffes de l’aube écarlate, une faction introduite dans le film Solo, menée par Darth Maul. Le bar grouillait de vauriens que notre protagoniste, Kay, pouvait neutraliser discrètement par derrière.

Toutefois, après avoir gâché notre approche silencieuse, le chaos s’est déclenché. Une musique excitante a démarré tandis que nous plongions derrière les tables pour nous abriter. Ce brusque basculement de la mission d’infiltration a transformé le jeu en un torrent d’ennemis surgissant de toutes part, avec seulement notre blaster pour nous défendre.

Hands-on: Outlaws feels like the Star Wars Uncharted we never got

L’arme de Kay avait trois modes dans la version démo. Un mode de tir standard, un mode qui désactive les boucliers et un mode de stun qui peut éliminer la plupart des ennemies en un seul coup, mais nécessite un temps de recharge. Cette petite touche de réflexion pour choisir le bon mode contre le bon ennemi ajoutait une profondeur au gameplay qui échappait à la simple fusillade.

La partie suivante de notre démo nous a menés à l’exploration d’un croiseur abandonné. Le jeu se déroulant juste après la bataille de Hoth, à l’époque de la trilogie originale, cela suggère que nous allions probablement explorer des vestiges de la République et des guerres des clones. Cela donnait également un aperçu des factions en jeu à cette période.

Hands-on: Outlaws feels like the Star Wars Uncharted we never got

Cette mission se composait essentiellement de plateformes et d’escalade typiques des jeux à la troisième personne, bien que l’Empire Galactique n’ait pas abusé de la peinture jaune comme on pourrait l’attendre. Elle se concluait par un affrontement intéressant où deux ennemis pouvant se rendre invisibles vous traquaient dans la pièce. Nous avons finalement gagné en les ciblant de tous les côtés, de manière peu civilisée, mais efficace.

Notre dernière mission nous a menés au-dessus d’un vaisseau impérial. Nous avons infiltré discrètement le vaisseau jusqu’au pont de commandement, pour ensuite être pris dans un violent combat en tentant de reprendre notre vaisseau. C’est là que nous avons découvert que le jeu possédait un mouvement spécial similaire au système DeadEye de Red Dead Redemption.

Le jeu passait au ralenti, nous marquions nos cibles et les regardions s’effondrer. C’était incroyablement satisfaisant. Après avoir récupéré notre vaisseau, nous avons eu droit à un peu de combat spatial, qui était la seule partie de la démo qui ne nous a pas totalement excités. Le combat spatial semblait être une version simplifiée des dogfights trouvés dans les jeux Battlefront d’EA, et n’était pas particulièrement challengeant.

Après avoir atterri sur une planète pour vérifier la suite de notre mission, nous avons eu un aperçu du milieu interlope que nous allions fréquenter. Le jeu est un monde ouvert, ce qui signifie qu’entre les missions, vous pouvez jouer à Sabacc, parler aux personnages et effectuer des quêtes annexes. Nous avons rencontré un personnage malchanceux qui avait perdu tout son argent au jeu. Nous lui avons finalement donné 500 crédits pour qu’il puisse retenter sa chance. 99% des joueurs arrêtent avant de décrocher le gros lot.

Nous supposons que cela aurait des répercussions plus tard, soit lorsque ce personnage deviendrait un genre de chef de la mafia qui nous arrêterait, soit lorsque nous reviendrions sur la planète une semaine plus tard pour découvrir qu’il était de nouveau ruiné. Le monde semblait vivant. Il était sordide. C’est un aspect de Star Wars qui n’a pas été trop exploité.

Le jeu était entièrement en format cinémascope, ce que personnellement, nous n’avons pas apprécié, mais cela soulignait clairement l’ambiance cinématographique recherchée. Il était également saturé de grain de pellicule, un effet que nous désactiverions dès que possible.

Star Wars, en tant que marque, traverse actuellement une phase étrange. Les films se sont terminés sur une note amère, les séries télévisées ont été soit fantastiques, soit comme quelqu’un jouant avec ses figurines d’action, mais dans l’univers vidéoludique, Star Wars connaît une sorte d’âge d’or.

RSLNmag, site d'amateurs passionnés, a besoin de VOUS ! Ajoutez nous à vos favoris sur Google News (icône ☆) pour nous faire connaître, merci d'avance !


--> Google News

Partagez cet article