L’European Games Developer Federation critique les frais de la boutique d’applications tierces d’Apple

Alex Vandecker
Alex Vandecker
4 Min de lecture
Notez cet article !

La Fédération européenne des développeurs de jeux (FEDJ) se dit “déçue” par la nouvelle structure tarifaire d’Apple en Europe.

Une nouvelle loi de l’UE appelée Digital Markets Act entre en vigueur en mars, et stipule qu’Apple doit désormais permettre aux développeurs de créer et d’offrir de nouvelles applications (y compris de nouveaux magasins) sans utiliser l’App Store.

Pour profiter des services de streaming bloqués dans certains pays et de torrent en tout sécurité, vous devez utiliser un VPN. Un VPN vous permet également de souscrire à des services payants comme Netflix ou YouTube premium en ne payant que 10% du prix.
Lisez notre guide à ce sujet.
Notre offre spéciale NordVPN

nordvpn

En réponse, Apple a modifié ses conditions pour s’assurer qu’il gagne toujours de l’argent sur les applications non présentes sur l’App Store.

Cela inclut une demande controversée selon laquelle si une application est téléchargée plus d’un million de fois par an, le développeur doit payer à Apple 0,50 € pour chaque téléchargement supplémentaire d’un million – y compris les mises à jour et les nouveaux téléchargements – ce qui signifie que, une fois qu’ils auront atteint un million de téléchargements, les développeurs devront à Apple 500 000 € pour chaque million de téléchargements supplémentaires.

Comme le rapporte GamesIndustry.biz, la FEDJ a fait une déclaration sur son site web qualifiant les nouvelles conditions d’Apple de “structure tarifaire anticoncurrentielle pour les développeurs qui ne resteront pas sur l’App Store d’Apple dans l’UE”.

En plus des frais de 0,50 € par téléchargement, la FEDJ critique également la règle d’Apple selon laquelle les développeurs doivent faire en sorte que les joueurs utilisent soit le système de paiement d’Apple, soit un système de paiement tiers (plutôt que d’offrir plusieurs options), et qu’elle donne aux joueurs des “avertissements inutilement alarmants et des flux de téléchargement fastidieux” s’ils choisissent une option de paiement tiers.

Elle remet également en question l’exigence d’Apple selon laquelle toute personne souhaitant lancer sa propre boutique d’applications tierces doit fournir à Apple “une lettre de crédit de 1 million d’euros d’une institution financière classée A”, affirmant que cela “crée une barrière significative à l’accès au marché pour, par exemple, les éditeurs de jeux PME européens”.

La FEDJ conclut que des éclaircissements doivent être apportés sur le fait de savoir si les nouvelles règles d’Apple répondent effectivement aux conditions du Digital Markets Act, ou si elles sont illégales et doivent être modifiées.

“En fin de compte, la FEDJ est profondément déçue que, une fois de plus, en raison de l’incertitude réglementaire et du mauvais respect du droit de l’UE, les géants de l’industrie mondiale auront une longueur d’avance pour introduire des places de marché mobiles tierces alternatives dans l’UE”, argumente-t-elle.

“Les éditeurs de jeux PME européens ne pourront probablement prendre le risque financier d’exploiter les nouvelles opportunités de marché que lorsqu’il y aura plus de clarté sur le fait de savoir si la nouvelle structure tarifaire d’Apple est conforme ou non aux règles de l’UE.”

Plus tôt cette semaine, la présidente de Xbox, Sarah Bond, a également critiqué les nouvelles réglementations d’Apple, les qualifiant de “pas dans la bonne direction” et citant un tweet du PDG de Spotify, Daniel Ek, qui qualifiait le plan de “farce complète et totale” et le “péage” de 0,50 € d’Apple “d’extorsion, tout simplement”.

RSLNmag, site d'amateurs passionnés, a besoin de VOUS ! Ajoutez nous à vos favoris sur Google News (icône ☆) pour nous faire connaître, merci d'avance !


--> Google News

Partagez cet article