La présentation grandiose de Hellblade 2 gâchée par un gameplay dépassé

Alex Vandecker
Alex Vandecker
8 Min de lecture
Notez cet article !

Il est plutôt étrange pour Hellblade 2 de sortir enfin à ce moment.

Le jeu a été annoncé à l’origine aux côtés de la Xbox Series X, comme un signe de ce qui était à venir pour la console. Et pourtant, le voilà, alors que les projets de Microsoft semblent quelque peu changer.

À bien des égards, Hellblade 2 est exactement le type de jeu que les fans de Microsoft et de Xbox réclamaient – un jeu à la troisième personne axé sur la narration avec un accent important sur la présentation.

Cependant, même si le jeu offre effectivement une puissance de présentation pratiquement inégalée cette génération, elle est malheureusement associée à un gameplay qui serait plus à sa place dans la génération précédente.

Marié à une intrigue qui peine à remplir sa durée de jeu déjà mince de 6 heures, il est difficile de ne pas être déçu par Hellblade 2, même en tenant compte de sa réalisation technique de premier ordre.

Le jeu suit Senua alors qu’elle lutte non seulement contre les cicatrices mentales laissées par le premier jeu, mais aussi contre un désir de vengeance contre les pillards qui ont détruit son foyer.

Le personnage de Senua est de loin l’un des points forts du jeu. Elle est incroyablement bien représentée, tant graphiquement que narrativement, et bien que son évolution ne soit pas aussi transformative que dans le premier jeu, elle reste une présence magnétique à l’écran.

La performance de Melina Juergens en tant que Senua est capturée parfaitement. Elle, aux côtés des visuels du jeu, sont les points forts incontestés du jeu. Le reste du casting du jeu est moins mémorable, malheureusement, en partie à cause du peu de temps que vous passez avec eux. L’intrigue est aussi quelque peu décousue et semble se diriger vers la fin à plusieurs reprises avant d’y arriver réellement.

L’Islande, le cadre du jeu, est absolument époustouflante. Sur PC avec les paramètres maximaux, certaines séquences sont indiscernables des images réelles. Le paysage est stupéfiant, tout comme les séquences surréalistes pleines de flash et de fioritures. Les modèles de personnages font également partie des meilleurs jamais vus dans le domaine à ce jour. Il n’y en a pas beaucoup, mais tous sont étonnamment détaillés.

Le design sonore de Hellblade 2 mérite également d’être mentionné. Si possible, utilisez un casque lors de la partie, car l’audio spatial contribue beaucoup à ajouter à l’ambiance du jeu. La musique est imposante, et les dialogues constants, à la fois internes et externes, créent une sensation frénétique qui aide grandement à transmettre la psychose de Senua.

Bien qu’il puisse sembler exceptionnel en termes de visuels et de son, le jeu peine en ce qui concerne ses mécanismes, qui ne semblent pas avoir évolué depuis le dernier jeu. La majorité de Hellblade 2 est passée à travers des niveaux linéaires, occasionnellement interrompus par des combats et des énigmes limités.

Les énigmes en elles-mêmes, malheureusement, donnent l’impression d’avoir été sorties d’un jeu datant de plus d’une décennie. Elles sont si simples que le défi consiste souvent à les résoudre, mais à être distrait par quelque chose comme votre téléphone en même temps. Le seul vrai point positif est, encore une fois, les visuels du jeu, ce qui signifie que même si vous n’êtes pas captivé par les énigmes, les lieux détaillés dans lesquels elles se déroulent garderont tout de même votre attention dans une certaine mesure.

Les énigmes sont généralement sans inspiration, mais l’exception est un type particulier de collectible, qui vous demande de chercher d’énormes visages de pierre cachés dans le rocher autour de l’Islande. Ils sont intelligemment cachés et ont commencé à jouer des tours à notre esprit, car nous commencions à voir des visages dans les rochers là où il n’y en avait pas. Il n’y a pas de réel casse-tête pour les trouver, mais c’est un ajout inventif.

Le combat est également basique. Senua a deux attaques et une étourdissement, ainsi qu’une parry. Bien qu’il ait l’air fantastique en raison des animations entièrement capturées en mouvement, le combat réel est tellement maladroit et simple que les combats peuvent souvent sembler fastidieux.

Le combat se résume presque toujours à des arènes où les ennemis apparaissent un par un. Il y a une poignée de types d’ennemis différents, mais la solution est presque toujours une simple parade et une attaque lourde. À la fin de chaque rencontre, nous avions déjà eu notre dose de combat.

En dehors de sa puissance de présentation, il y a peu d’évolution réelle entre le premier jeu et Hellblade 2. Senua est toujours un point fort, et chaque capture d’écran semble magique, mais y jouer réellement ne correspond pas à ce niveau d’émerveillement.

Même si Hellblade 2 est déjà une expérience courte, on pourrait facilement enlever encore deux heures du temps de jeu du jeu et aboutir à quelque chose de plus fort. Ce n’est même pas une question de “c’est bien pour Game Pass”; il y a de meilleurs jeux sur le service pour y consacrer votre temps.

Hellblade 2 mérite énormément de crédit pour ses réalisations visuelles, audio et théâtrales, qui sont vraiment fantastiques. Chaque heure que nous avons jouée a eu sa part de moments “je n’arrive pas à croire que c’est à quoi ressemblent les jeux maintenant”. Le problème était que chacune de ces heures semblait en valoir trois, car ce que les joueurs sont réellement censés faire dans ce monde étonnant est plutôt peu inspiré.

En fin de compte, Hellblade 2 doit être considéré comme un faux pas alors que Xbox remet en route son histoire sur les jeux first-party. Le jeu recevra probablement des éloges lors de la prochaine saison des récompenses, mais cela se fera presque certainement sur une base technique, et non liée à la manière dont le jeu se joue réellement.

Il aurait pu passer comme jeu de lancement, mais en milieu de génération, Hellblade 2 n’est pas la suite que nous espérions. Les fans du premier jeu pourraient peut-être le jouer sur quelques soirées pour une meilleure expérience, et la performance de Melina Juergens mérite d’être vue. Cependant, elle mérite aussi une expérience plus engageante.

RSLNmag, site d'amateurs passionnés, a besoin de VOUS ! Ajoutez nous à vos favoris sur Google News (icône ☆) pour nous faire connaître, merci d'avance !


--> Google News

Partagez cet article