Deux plaintes pour dérive des Joy-Con rejetées après cinq ans

Alex Vandecker
Alex Vandecker
3 Min de lecture
Notez cet article !

Deux importantes poursuites concernant le problème du Joy-Con drift sur la Nintendo Switch ont été rejetées par les tribunaux américains.

Selon Game File, les affaires Diaz c. Nintendo et Carbajal c. Nintendo, déposées en 2019 et 2020, ont toutes deux été rejetées. Les poursuites alléguaient que Nintendo avait sciemment vendu des manettes défectueuses.

Game File rapporte que Nintendo et les parents qui avaient intenté les poursuites au nom de leurs enfants ont demandé à ce que les affaires soient rejetées.

Le “Joy-Con drift” est un problème récurrent avec les manettes Joy-Con de la Nintendo Switch, où un joystick peut enregistrer une entrée alors qu’il n’y en a pas. Par exemple, une manette avec un Joy-Con drift pourrait être complètement immobile, et pourtant le personnage du joueur pourrait se déplacer lentement dans n’importe quelle direction.

Alors qu’il existe des outils à l’intérieur de la Nintendo Switch pour tenter de contrer ce problème, celui-ci persiste dans pratiquement chaque itération de la manette.

Le drift est un problème potentiel avec n’importe quelle manette dotée d’un joystick analogique standard, et devient plus probable lorsque le stick s’use. Cependant, les Joy-Cons semblent particulièrement sensibles à ce problème.

En 2022, un ancien superviseur d’un centre de réparation de Joy-Con de la Nintendo Switch aux États-Unis a affirmé que l’entreprise était inondée de manettes défectueuses.

Un ancien employé a déclaré à Kotaku qu’à un moment donné, “facilement des milliers de Joy-Cons arrivaient chaque semaine”. Ils ont ajouté : “Nous avons fini par devoir mettre en place un tout nouvel espace de travail juste pour réparer les Joy-Con.”

Les clients ayant envoyé des Joy-Cons défectueux de 2017 à 2018 auraient reçu de nouveaux remplacements, mais après la première année, il est affirmé que le centre de réparation était tenu de réparer chaque ensemble de manettes.

En réponse à l’action en justice et à la déception des joueurs, Nintendo a présenté des excuses en 2020 pour ce problème, mais a fait valoir que les joueurs ayant acheté les articles étaient liés par l’accord d’utilisateur de la Nintendo Switch et donc inéligibles pour participer à un recours collectif contre l’entreprise.

RSLNmag, site d'amateurs passionnés, a besoin de VOUS ! Ajoutez nous à vos favoris sur Google News (icône ☆) pour nous faire connaître, merci d'avance !


--> Google News

Partagez cet article