Éducation

Education : la France perd deux places dans le classement Pisa

0

La France s’impose comme une championne des inégalités scolaires et régresse face à ses voisins. C’est le constat qui ressort de la publication de la dernière enquête Pisa (Programme international pour le suivi des acquis des élèves) dirigée par l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). En 25e place du classement, l'Hexagone perd 2 places par rapport au dernier rapport.

Alors qu’elle affichait de bons résultats en 2003, la France peine depuis à conserver sa position dans le classement. Pire encore, elle a connu un sérieux décrochage en 2006, confirmé dans l'enquête réalisée en 2009 sur 470.000 élèves de 15 ans et 65 pays.  

Dans les trois domaines étudiés par Pisa, la France se classait alors « dans la moyenne » en 21ème position concernant la compréhension de l’écrit, 27ème en sciences et 22ème en mathématiques, loin derrière les têtes du classement - à savoir Shanghai, la Corée du Sud et la Finlande. Cette année, elle se maintient à la 21ème place dans le premier critère de classement, à la 26ème dans le second et chute à la 25ème dans le dernier.

Mais les mauvais résultats dévoilés ce matin ne sont pas une surprise puisque Vincent Peillon annonçait déjà s’attendre au pire le 10 octobre dernier. Cité par Les Echos il expliquait : 

« La France décroche totalement dans les performances de ses élèves sur dix ans. Sur un certain nombre de compétences, cela devient dramatique. Ce n’est pas seulement la lecture. Ce sont les mathématiques. C’est la confiance des élèves en eux-mêmes. (…) Et en plus, et ça, c’est terrible pour nous tous, c’est le pays dans lequel les inégalités sociales et scolaires s’accroissent le plus. On laisse sur le côté 25 % de notre jeunesse. »

Un constat partagé par Laurence Lafont-Galligo, directrice de la division Secteur public de Microsoft France :

« Etude après étude, la France décroche et avec elle, ce sont nos élèves. Nous ne pouvons nous satisfaire d’avoir presqu’un quart d’une classe d’âge en décrochage scolaire, accentuant ainsi les inégalités sociales.»

Refonder l’Ecole de la République par le numérique

Des problématiques auxquelles les différentes réformes engagées par le ministère cherchent à répondre. Pour de nombreux médias, Vincent Peillon s'appuierait sur les mauvais résultats de l'enquête pour justifier les réformes engagées par son ministère, notamment celle des rythmes scolaires qui fait des émules. Outre les changements dans les programmes, le Huffington Post précise qu'il devrait bientôt s'engager dans une réforme du métier d'enseignant.

Des réflexions qui s'inscrivent dans un chantier plus large pour le ministre. Il y a tout juste un an, il avait ainsi annoncé vouloir « refonder l’Ecole de la république par le numérique » :

« Il ne s'agit pas de faire une école moderne par effet de mode, l'École doit s'approprier les outils numériques pour mieux accomplir ses missions traditionnelles. »

Au ministère donc, de donner trouver des solutions pour pallier les résultats de l’enquête Pisa. S’agissant des élèves, le numérique offre la possibilité d'ouvrir des contenus pédagogiques en ligne et permet un accompagnement personnalisé. Des opportunités dont le gouvernement avait annoncé vouloir se saisir il y a déjà un an. Le Ministre de l'Éducation Nationale annonçait alors :

« Dès 2013, tous les élèves auront à disposition des services pédagogiques gratuits avec une priorité à l'apprentissage des fondamentaux et des langues. » 

Autant de nouveaux dispositifs au service de nouveaux usages pour stimuler « le plaisir d'apprendre à l'école », un impératif pour Laurence Lafont-Galligo :

« Depuis un an, j’ai vu se succéder des élèves de toutes origines géographiques et sociales s’enthousiasmer devant la richesse de nouveaux enseignements au sein de la classe immersive. Pourquoi ? Parce que nous avons adapté nos méthodes éducatives à leurs nouvelles méthodes d’apprentissage. Passer à une école de la confiance et de l’envie, avec des élèves participatifs et actifs, c’est possible, et c’est avec tous les acteurs de la chaîne éducative que nous pouvons relever ce défi. »

L'école de demain sera donc nécessairement numérique et doit rapidement assimiler les nouvelles pratiques des digital natives. Le rendez-vous est donné pour la prochaine enquête Pisa.

RSLN le 02/12/2013
rsln
RSLN le 02/12/2013

Ajouter un commentaire


Loading
biuquote
  • Comment
  • Preview

S'abonner à la newsletter

Votre adresse email sera uniquement utilisée pour vous envoyer la newsletter de RSLN. Microsoft ne l'utilisera pour aucune autre communication, qu'elle soit commerciale ou institutionnelle. Microsoft ne vend ni ne loue ses listes d'abonnées à des tiers.