Médias

Quatre réseaux sociaux que vous ne connaissez peut-être pas (encore)

2

DECOUVERTE - Facebook, Twitter, Instagram... et si vous souhaitiez passer à autre chose ? Dans la jungle des réseaux sociaux, il existe de nombreux lieux à explorer. Certains commencent à peine à décoller, d’autres attendent juste qu’on leur donne leur chance. Pourquoi ne pas y faire un tour, histoire de sortir des sentiers battus.

Ils grandissent à l’ombre des réseaux sociaux stars, mais n’en ont pas moins de l’ambition. Leur atout ? Affirmer leur différence pour tenter de percer auprès des internautes. Certains s'illustrent certes pour de mauvaises raisons, comme Ask.fm, réseau prisé des adolescents, où les échanges immodérés peuvent conduire au pire. 

Mais bien d'autres à la réputation immaculée comptent bien s'adapter à nos usages, voire à en créer de nouveaux. Mission pas si impossible : après tout, il fut un temps où même Facebook ne comptait que quelques privilégiés, avant de dépasser le milliard d’adeptes. Qui sait, peut-être que le prochain acteur majeur du secteur se cache parmi ces quatre là :
 

1/ Nextdoor : le réseau qui réinvente la proximité

En abolissant les frontières, Internet a parfois participé à la déterritorialisation des échanges. Mais il peut tout aussi bien contribuer à nouer du lien, même hyper-local. C’est le défi que s’est donné Nextdoor, créé en octobre 2011 aux États-Unis. Emprunter une tondeuse, rendre un service, organiser la surveillance de son quartier, voilà quelques-unes des possibilités permises par ce réseau social de voisinage. Sauf que cette fois pas besoin de sonner à toutes les portes : un message suffit. 

Les versants numériques de cent quartiers naissent tous les jours sur Nextdoor. Disponible uniquement outre-Atlantique, on ne sait pas si le concept rencontrerait le même succès en France, où le sentiment d’appartenance à une communauté locale est peut-être moins ancré dans les esprits. Pas bête, le réseau a déjà trouvé une riche idée pour se financer : occuper le marché de la publicité locale, jusque-là surtout réservé aux médias traditionnels (radios, presses et télévisions locales).
 


2/ Bobler : le petit français qui monte (et fait des bulles)

Mais où est donc passé la voix dans nos échanges quotidiens ? Le téléphone ? Mais on ne s’adresse qu’à une personne à la fois, pas si “social” que ça à l’heure de Twitter ! Partant du constat que le format audio était complètement délaissé, les créateurs de Bobler (deux Français !) ont créé à partir de rien une plate-forme où les utilisateurs peuvent laisser des “bulles” de son. Des enregistrements qui ne durent pas plus de deux minutes, mais que n’importe quel inscrit peut consulter, comme un tweet sonore.

Un simple commentaire, une chronique du quotidien ou une remarque en passant, il y a toujours de quoi “pétiller” sur Bobler. De plus, les bulles sont géolocalisées. On peut donc entamer des discussions décalées dans le temps avec les personnes qui vous précèdent dans tel ou tel lieux. Le réseau, lancé au début de l’année, est encore tout jeune. Il a franchi la barre des 10 000 abonnés et croît très vite chaque semaine (+ 20% d’inscrits). A noter que des personnalités connues, comme Jacques Attali ou Nathalie Kosciusko-Morizet, ont déjà franchi le pas. Si eux sont des early adopters, alors pourquoi pas vous ?
 

3/ Happier, l’endroit des gens heureux

Happier, c’est un peu le versant joyeux et candide du drôle et cruel VDM. Cette start-up basée à Boston a imaginé son réseau comme une immense bouffée d’air frais : on n’y publie que des choses positives, belles, adorables. Bref, qui vous rendent heureux. Ceux qui aiment les commentaires acerbes ou les petites vidéos sadiques à partager seront déçus. Sur Happier, on parle plutôt séance de yoga, photo de papillon ou petits et gros câlins. 

Et alors ? Alors ça marche. La co-fondatrice de l’entreprise, Nataly Kogan, revendique jusqu’à présent “un million de moments heureux” partagés par plus de 100 000 personnes. Un bonheur embryonnaire, avant de connaître la joie du succès ?
 

 

4/ Path : un nouveau chemin ?

C’est sûrement le moins inconnu de tous ces nouveaux réseaux. On peut même dire que Path a su trouver sa voie deux ans après son lancement. Le réseau compte dix millions d’inscrits, et se développe sur tous les système d’exploitation mobiles. La clé de cette croissance fulgurante ? Un nombre limité de contacts, 150, peuvent être ajoutés. La qualité plutôt que la quantité, en somme.

Path revendique ainsi être un espace d’échange toujours lisible, qui n’accable pas l’utilisateur de notifications en tous genre. Ce réseau fermé est une sorte de Facebook épuré, où l’on aurait toujours la main sur ses données. Pour ne rien gâcher, l’interface est plutôt flatteuse à l’oeil, lorgnant tantôt du côté de Pinterest, tantôt d’Instagram. Mais attention, comme votre carnet d’adresse est limité, vient vite l’heure des choix parmi vos “amis”. À l’image du marché des réseaux sociaux : il n’y aura pas de place pour tout le monde !

RSLN le 20/08/2013
rsln
RSLN le 20/08/2013

2 Comments


WiKiDavid

Grand merci mais Nextdoor n'est malheureusement pas dispo dans mon pays (Belgique) Frown

le 26 August 2013
WiKiDavid

Bobler, non dispo sur le Play Store (Android) Frown

le 26 August 2013

Pingbacks and trackbacks (1)+

Ajouter un commentaire


Loading
biuquote
  • Comment
  • Preview

S'abonner à la newsletter

Votre adresse email sera uniquement utilisée pour vous envoyer la newsletter de RSLN. Microsoft ne l'utilisera pour aucune autre communication, qu'elle soit commerciale ou institutionnelle. Microsoft ne vend ni ne loue ses listes d'abonnées à des tiers.