Vu sur le web

Les technologies éducatives ont le vent en poupe

0

Les technologies éducatives intéressent de nombreuses startups qui disposent désormais d’un choix d’incubateurs pour leur accompagnement. Une bonne nouvelle pour l’innovation à l’école ? C’est la question que pose Tony Wan, éditeur associé du site Ed Surge, dans une tribune à Fast Co.Exist.

Les technologies de l’éducation sont un secteur atypique, explique le magazine : le non-lucratif et le marchand s'y mêlent étroitement. Les usagers des technologies ne sont généralement pas ceux qui les achètent. Le marché est un puzzle de territoires de compétence, d’acteurs et de réglementations traversé d’exigences - parfois - contradictoires. Les entrepreneurs de ce domaine sont souvent jeunes et peu préparés à ces modèles d’affaires.

Pour faire face à ces difficultés, des entrepreneurs qui croient dans le potentiel de ces technologies ont fondé des incubateurs et accélérateurs de projets et de talents. Rien que sur les trois premiers mois de 2013, ce sont pas moins de cinq de ces structures qui ont vu le jour aux Etats-Unis. Des incubateurs font également leur apparition à Londres, en Israël et au Brésil. 

En additionnant la capacité d’accueil de chacune de ces structures, Co.Exist note qu’une centaine de startups « EdTech » pourrait être accompagnée chaque année. Combien d’entre elles vont survivre ? L’expérience de 2012 montre que nombre d’entre elles parviennent à séduire les investisseurs. 

Pour Fast Co.Exist, les signes ne trompent pas : cette vivacité est assurément une bonne nouvelle pour les élèves et les professeurs... autant que pour les startups elles-mêmes. 

Tommy Pouilly (@5h55) le 17/04/2013
Tommy
Tommy Pouilly (@5h55) le 17/04/2013
Photographie :

Ajouter un commentaire


Loading
biuquote
  • Comment
  • Preview

S'abonner à la newsletter

Votre adresse email sera uniquement utilisée pour vous envoyer la newsletter de RSLN. Microsoft ne l'utilisera pour aucune autre communication, qu'elle soit commerciale ou institutionnelle. Microsoft ne vend ni ne loue ses listes d'abonnées à des tiers.