Suivez-nous également sur Twitter @RSLNmag
Vu sur le web

Chronologie des médias : 10 films qui ne passeront pas par la case salle de cinéma

0

À l'instar de Netflix, qui casse le code des séries télé avec la sortie dans son intégralité de « House of Cards », série conçue pour le Net, la filiale cinéma de la RAI italienne bouscule la chronologie des médias depuis le 31 janvier dernier : elle vient de lancer la diffusion d'une dizaine de films sur Internet uniquement.

Cinéma-télé-VOD-Internet. La chronologie des médias trouve sur son chemin de fervents défenseurs du Net- en bout de chaîne - et de l'assouplissement de la chaîne de diffusion des films. Le cinéma n'est plus l'endroit de prédilection de visionnage et les films trouvent aussi des spectateurs sur Internet. La filiale cinéma de la RAI italienne l'a bien compris. 

Web Movies c'est le nom du projet de la RAI. L'idée soutenue : les films - en italien - conçus et réalisés pour Internet sont disponibles gratuitement en streaming depuis le 31 janvier dernier sur la chaîne web de la RAI Cinéma. À raison d'un film par mois, chacun sera ensuite libre de l'acheter en VOD. Ou d'attendre que la RAI Movie les diffuse. 

L'innovation

Pour la première fois, une production de films se fait d'abord pour une diffusion sur le web et ensuite en VOD. L'objectif de ce projet précise CinEuropa :

« soutenir la créativité des jeunes réalisateurs et tester le marché cinématographique sur des plateformes alternatives à la distribution dans les salles, créant ainsi une filière d'exploitation différente de la filière traditionnelle. L'expérience permettra aussi de comprendre s'il s'agit vraiment d'une option valide, moins coûteuse et plus simple, surtout pour les films de genre plus orientés vers le divertissement et plus proches de goûts des internautes assidus. »

Une porte grande ouverte aux films indépendants dont le budget est moindre que celui d'autres productions, l'initiative pourrait permettre de montrer aux aficionados de la chronologie installée des médias qu'il existe différentes façons de regarder un film. Et que ces alternatives pourraient amener d'autres publics vers d'autres films, réconciliant le monde du cinéma avec Internet.

Les prémisses d'une nouvelle amitié cinéma/Internet

Le chemin semble encore bien long. Diffuser une avant-première sur le web fait se lever une armée de boucliers contre l'inconscient réalisateur, comme l'a été le brésilien Marco Prado avec son film « Les paradis artificiels ». Sa diffusion sur une plateforme vidéo a eu lieu deux jours avant sa sortie en salles. Le 31 octobre, il était programmé dans ... 3 salles au lieu des 15 prévues. Damned, le distributeur français du film avançait qu'il aurait pu s'agir d'une « mesure de rétorsion » :

« Le film devait sortir à partir de mercredi dans quinze salles dans toute la France. Douze ont décidé de le déprogrammer. Pour nous, c’est une catastrophe. »

La frilosité des programmateurs pour Internet n'est pas une grande nouveauté et les conséquences pour les films sont bien réelles. Difficultés pour rester à l'affiche et difficultés de promotion (entre autres) sont autant d'embûches sur le chemin d'un film. Le pied de nez de la RAI à la chronologie des médias pourrait bien faire des émules : Bruxelles a débloqué en octobre dernier 2 millions d'euros pour 3 projets de films en diffusion simultanée sur Internet et en salle. En attendant que le débat se dépassionne.

Claire Berthelemy le 04/02/2013
Claire Berthelemy
Claire Berthelemy le 04/02/2013

Pingbacks and trackbacks (1)+

Ajouter un commentaire


Loading
biuquote
  • Comment
  • Preview

S'abonner à la newsletter

Votre adresse email sera uniquement utilisée pour vous envoyer la newsletter de RSLN. Microsoft ne l'utilisera pour aucune autre communication, qu'elle soit commerciale ou institutionnelle. Microsoft ne vend ni ne loue ses listes d'abonnées à des tiers.