Philosophe, directeur de l'Institut de recherche et d'innovation (IRI) au sein du Centre Georges-Pompidou

Bernard Stiegler « Pour un parlement de chercheurs adapté au contexte numérique »

La pénétration des technologies numériques concerne le système académique dans sa totalité. Le numérique, qui bouleverse l’ensemble des disciplines, tout comme il affecte les existences en totalité, n’est pas un simple moyen de transmission, et il faut donc que la question épistémologique de savoir ce qu’il change aux savoirs sous toutes leurs formes soit mise au cœur des orientations à venir de la recherche universitaire et scientifique aussi bien que d’une nouvelle conception pédagogique qui doit cependant se fonder sur la problématique épistémologique – et non l’inverse.

Par ailleurs, la toxicité des médias électroniques, au moins dans les niveaux élémentaires, fait à présent amplement débat : elle ne peut être ignorée ni des pouvoirs publics, ni des acteurs industriels, et elle doit faire l’objet de recherches approfondies.

Enfin, il n’est pas possible d’attendre les résultats de tels programmes pour intégrer dans le monde scolaire les pratiques sociales déjà très implantées. Mais il faut les accompagner de démarches scientifiques transdisciplinaires en mettant en œuvre des méthodes de recherche action actualisées dans le contexte numérique, ce qui devrait conduire à des programmes de recherche  que nous dirons contributifs.

Une telle initiative, parfaitement réalisable à brève échéance au niveau national, devrait être également portée au niveau européen. Pourquoi ne pas lancer dès à présent 500 thèses dans toutes les disciplines sur l’impact du numérique, et faire en sorte que ces travaux irriguent en temps réel – et selon le modèle contributif – le monde académique dans son ensemble ?

Imaginons que l’Europe lance de son côté également 500 thèses semblables. Et imaginons encore que le groupe Digital Studies (digital-studies.org) – que l’IRI a constitué au mois de décembre dernier avec une trentaine de personnalités du monde entier – parvienne à convaincre la communauté internationale d’en faire autant.

Alors un parlement de 1500 jeunes chercheurs et directeurs de recherche les accompagnant, soit autant d’universitaires, serait constitué, qui s’enrichirait chaque année d’autant de nouveaux chercheurs, ce qui ferait au bout de quatre ans un volant de plus de 5000 doctorants et de milliers directeurs de recherche du monde entier.

On pourrait à travers une telle démarche relancer en France et en Europe une industrie éditoriale moribonde par un bond en avant dans l’innovation et la reconstitution d’éditions académiques de qualité issues non plus de la seule imprimerie, mais aussi de l’écriture numérique – ce qui devrait bénéficier à l’industrie numérique européenne.

Directeur adjoint du Strate Collège Designers (Ecole Supérieure de Design Industriel)
Jean Frayssinhes est professeur de Marketing et Commerce International, docteur en Sciences de l’Education et chercheur en Andragogie et Mathétique à l’UMR EFTS Université de Toulouse le Mirail
Enseignant, chercheur, entrepreneur, responsable de la rubrique politique2.0 à Fondapol.
Ingénieure de Recherche Elearning dans l'Enseignement Supérieur, engagée aux côtés du MIT pour l'Open Education, experte auprès des Ministères. Elle est aussi Speaker et Coach.
Ancien député (UMP) des Yvelines, auteur du rapport « Apprendre autrement à l'ère numérique »
Formateur-chercheur au CEPEC (Centre d'études pédagogiques sur l'expérimentation et le conseil) de Lyon, membre du laboratoire de recherche IRMA (Erté) de l'université de Poitiers et Président du Café Pédagogique.
Gilles Dowek est chercheur à Inria, co-auteur du programme de la spécialité Informatique et Sciences du Numérique en Terminale S, membre du conseil scientifique de La main à la pâte et du conseil scientifique de la Société informatique de France.
Rédacteur en chef d'InternetActu.net, le média de la Fondation internet nouvelle génération
Fondateur de l'association Zup de Co, Francois-Afif Benthanane est le père de la Web@cadémie, un programme formant en deux ans des jeunes à devenir développeurs web.
Michel Dupuis est Professeur des Universités à l'Université de Lille Nord, Docteur d'Etat en droit privé, il est également Co-directeur de l’ERADP et Administrateur de l’Université numérique juridique francophone (UNJF)
Michel Diaz est Directeur associé de Féfaur , premier cabinet d'études et de conseil e-learning indépendant sur le marché français et l'un des leaders européens, au sein duquel il conseille et accompagne les grandes entreprises et organisations dans leur stratégie et gouvernance e-learning et formation mixte. Conférencier recherché, il intervient et publie régulièrement en France et à l'étranger.
Bernard BLANDIN est actuellement Directeur de recherches au sein du groupe CESI, où il dirige le Laboratoire d'ingénierie des environnements d'apprentissage (LIEA). Il est chercheur au Centre de recherche education formation (CREF - EA 1589) et consultant dans le domaine des technologies éducatives et des environnements d’apprentissage depuis plus de vingt ans.
Sénateur de l'Oise, il est aussi Président de l’association des villes et collectivités pour les communications électroniques et l’audiovisuel (Avicca) et oeuvre en faveur d'un arbitrage entre opérateurs et collectivités pour le financer la couverture de la France en très haut débit.
Président du Cube, centre de création numérique, président de NAVIDIS SA

Ajouter un commentaire


Loading
biuquote
  • Comment
  • Preview

S'abonner à la newsletter

Votre adresse email sera uniquement utilisée pour vous envoyer la newsletter de RSLN. Microsoft ne l'utilisera pour aucune autre communication, qu'elle soit commerciale ou institutionnelle. Microsoft ne vend ni ne loue ses listes d'abonnées à des tiers.