Joshua Benton : « Les six tendances du journalisme numérique »

Joshua Benton : « Les six tendances du journalisme numérique »

Six grandes tendances du journalisme numérique se sont dégagées lors de la conférence sur les nouvelles pratiques du journalisme qui s'est tenue lundi 10 décembre à Sciences PO. C'est ce que raconte Alice Antheaume sur le blog W.I.P (Work in Progress).

Le journalisme en ligne a marqué une rupture dans le métier. Et les mutations sont constantes. Joshua Benton, directeur du Nieman Lab, centre de réflexion sur les médias de l'université d'Harvard, a conclu la conférence en présentant les six tendances du journalisme en ligne aujourd'hui.

> La montée en puissance du smartphone

Les smartphones et leur prolifération ces dernières années ont modifié la manière dont les gens consomment l'information. Mais la plupart des médias traînent à réagir face à ces changements :

« Les rédactions sous-estiment l’importance du trafic provenant du mobile » estime Joshua Benton cité par Alice Antheaume.

Or, les connexions depuis les mobiles seront bientôt plus nombreuses que depuis les ordinateurs. Et c'est d'ailleurs déjà le cas à certains moments de la journée pour quelques journaux comme le Guardian par exemple.

> La montée en puissance des contenus « évolutifs »

Les médias en ligne s'adaptent donc progressivement en proposant des « contenus évolutifs » s'adaptant aussi bien aux supports depuis lesquels ils sont lus, qu'au temps de lecture qu'on leur accorde.

Certaines applications comme Cir.ca par exemple, sélectionnent les informations les plus importantes de la journée et les éditent, le texte d'un côté, la photo de l'autre, de manière à ce qu'elles soient lisibles sur un petit écran de smartphone sans avoir à zoomer.

La start-up Aware.js a pour sa part l'ambition de proposer des contenus en fonction de ce que le lecteur sait ou ne sait pas en fonction du temps qu'il a déjà passé sur le site.

> Les réseaux sociaux : nouvelle porte d'entrée vers les médias

Autre grande tendance : les lecteurs sont désormais une minorité à passer par la page d'accueil d'un site Internet pour lire des articles. 

Les réseaux sociaux jouent ici un rôle majeur dans le partage de contenus médiatiques. 

« Le partage est la nouvelle méritocratie des contenus » a ainsi expliqué Andrew Gruen, chercheur à l’Université de Cambridge et de NorthWestern lors de la conférence.

Certains journaux comme le New York Times par exemple ont cherché à s'y adapter en créant TimesWire, un fil d'actualité publié de façon chronologique, affichant les articles les plus récents en premiers.

« Cela s’adresse aux utilisateurs du New York Times qui se fichent de lire les éditoriaux, mais qui veulent avoir la plus récente actualité en tête » a précisé Joshua Benton.

> La vidéo en direct

La vidéo en direct a aussi fait une entrée fracassante dans le journalisme numérique. Certains médias possèdent même leurs propres plateformes à l'image du Huffington Post

> Un nouveau journalisme à l'honneur

Et les journalistes numériques acquièrent peu à peu leurs lettres de noblesse. Ainsi, le Huffington Post a obtenu cette année un prix Pulitzer pour un sujet sur des anciens combattants américains au retour d’Irak et d’Afghanistan.

Alice Antheaume cite à ce titre d'autres exemples tels que Buzzfeed dont la couverture politique de l'élection présidentielle américaine s'est faite particulièrement remarquée, ou encore Vox Média.

> Des médias qui s'exportent

Enfin, à l'heure de la mondialisation, les médias s'internationalisent et se déclinent désormais dans différentes langues

Le Huffington Post est pré-curseur en la matière avec ses huit déclinaisons en France, en Italie, ou encore en Espagne par exemple. 

Autre exemple, la chaîne de télévision Qatarie Al-Jazeera cherche aujourd'hui à capter les audiences chinoises et turques. 

Camille Camille Gicquel le 20/12/2012
Photographie
  • ScreensPhoto par Michael Newman licence CC

On en parle sur Twitter


Ajouter un commentaire


biuquote
  • Comment
  • Preview
Loading