Suivez-nous également sur Twitter @RSLNmag
Société

Et si on archivait nos vies numériques ?

0

L'innovation technologique est si rapide, que les supports numériques que nous utilisons actuellement seront obsolètes dans quelques années. Pourtant, lorsque nous prenons nos photos, enregistrons notre musique, ou partageons nos contenus, nous n'imaginons pas une seconde devoir nous en séparer bientôt, à cause d'un problème de compatibilité...

Alors, comment penser la technologie sur le long terme pour pouvoir, par exemple, léguer un jour certains de nos contenus numériques à nos descendants ? C'est sur ces questions que travaille Richard Banks, de Microsoft Research (MSR). Son blog livre quelques-une de ses problématiques de recherche. Surtout, il propose des réponses concrètes, avec des objets d'un genre bien particulier.

> Des objets « connecteurs de mémoire »

Pourquoi garde-t-on certains objets et pas d'autres ? Lorsque nous affichons des clichés de famille dans des cadres photos numériques, nous rendons concrets, palpables, ces souvenirs. Nous avons un objet qui leur est dédié, qui développe une histoire de ses usages : les traces de doigt sur le verre, etc.

Les objets physiques sont ainsi d'excellents supports à notre mémoire. En se patinant, ils nous racontent. Peut-on en dire autant des photos numériques, dont nous égarons souvent les fichiers ? Pour le chercheur de MSR, il est encore trop tôt pour le dire : nos relations avec les contenus numériques sont encore relativement nouvelles.

Une partie de son travail est donc d'imaginer la relation que nous aurions avec les contenus numériques, si on pouvait les rendre plus tangibles, et si nous pouvions nous habituer à l'idée que nous les garderions sur le long terme.

Pour un designer, imaginer ces « objets de médiation numérique » est difficile, car rien ne permet de prévoir l'affect que les gens placeront dans un objet. Et puis, les photos numériques ont un équivalent analogique clair, mais beaucoup de nos créations technologiques n'en ont pas... alors, tout reste à inventer.

Ce qui est certain, c'est que ces objets doivent exploiter les avantages des médias numériques pour créer quelque chose d'expressif et dynamique, jouant le rôle de connecteur de mémoire.

> La question de l'héritage numérique

L'autre utilité de ces objets, ce serait de permettre d'archiver des contenus que l'on ne veut plus laisser en ligne. Par exemple, si l'un de vos proches disparu vous a légué sa collection de photos Flickr, vous pourriez être embarrassé des responsabilités que cela vous donne. Gérer la vie numérique d'un défunt n'est pas non plus chose facile quand on cherche à faire un deuil. 

« Parfois, les choses dont nous héritons nous mettent mal à l'aise, et semblent incompatibles avec la manière dont nous vivons, constate Richard Banks. On ne les trouve pas attrayantes, ou pas très significatives. D'autant que nous n'avons pas choisi de les posséder, et qu'elles nous arrivent avec une forte valeur sentimentale, un sentiment d'obligation qui ne nous permet pas de nous en séparer : nous préférons les garder dans une boîte au sous-sol, plutôt que le déshonorer la mémoire du défunt en les jetant. En un certain sens, ces objets sont lourds ».

Comment alléger cette charge, tout en inventant une sorte de mémorial consacré à la vie numérique d'un individu ? A partir de cette interrogation, Richard Banks de Microsoft Research a imaginé trois objets proposant autant de moyens de garder trace de notre vie numérique dans un futur plus ou moins lointain :

> Backup Box

Cette jolie boite en bois qui trouvera sa place au coin d'une étagère enregistre chacun de vos tweets. Lorsque vous ouvrez son couvercle, ceux-ci apparaissent à l'écran, diffusés le long d'une timeline : la ligne de votre vie, que vous serez peut-être ravi de retrouver dans un futur (pas si) éloigné ?

> Timecard

Timecard est une visionneuse de photos qui se consacre à un individu, à partir de ses premières années et tout au long de sa vie. Il peut afficher les souvenirs des événements vécus, des photos de famille et toutes sortes d'objets numériques. Là encore, la diffusion se fait au moyen d'une frise chronologique. 

> Digital Slide Viewer

Un proche disparu vous a « légué » des années de photos en ligne, mais vous préféreriez les garder chez vous, dans un format qui résistera au temps ? Ce visionneur de photos très « old school » vous permet d'embarquer à la maison le contenu de tout un compte Flickr. Son inspiration ? La diapositive... un support autonome qui, assurément, ne nous fera pas défaut si, demain, Internet disparaissait. 

Tommy Pouilly (@5h55) le 27/11/2012
Tommy
Tommy Pouilly (@5h55) le 27/11/2012
Photographie : Gerard Stolk

Pingbacks and trackbacks (1)+

Ajouter un commentaire


Loading
biuquote
  • Comment
  • Preview

S'abonner à la newsletter

Votre adresse email sera uniquement utilisée pour vous envoyer la newsletter de RSLN. Microsoft ne l'utilisera pour aucune autre communication, qu'elle soit commerciale ou institutionnelle. Microsoft ne vend ni ne loue ses listes d'abonnées à des tiers.