Suivez-nous également sur Twitter @RSLNmag
Vu sur le web

Claire Gallon : « l'open data, une énergie qui vient alimenter un service »

0

Comment mesurer les bénéfices de l'open data ? C'est une question que beaucoup de personnes se posent à l'heure où l'ouverture des données se positionne comme un gage de modernité dans les administrations et les organisations. Retour sur l'interview de Claire Gallon de l'association nantaise Libertic, leader du mouvement open data en France, par Data Publica.

L'ouverture des données publiques fait l'objet d'un consensus dans les administrations françaises, en témoigne le rattachement d'Etalab à la direction interministérielle pour la modernisation de l'action publique, mais quels sont les retombées économiques du phénomène ? S'il existe plusieurs études mettant en avant les bénéfices de projets d'ouvertures spécifiques, les chiffres précis demeurent difficiles à trouver. 

« La Commission Européenne cite bien le chiffre des 40 milliards d’euros annuels de gains annoncés pour l’Europe selon l’étude Vickery avec 140 milliards d’euros de gains indirects mais ces calculs sont hasardeux. Une étude de McKinsey qui semble plus solide estime également des gains européens à hauteur de 150 milliards sauf qu’il ne s’agit pas des retombées économiques de la seule ouverture de données mais des gains réalisables par les administrations grâce aux outils décisionnels basés sur les données pour évaluer et améliorer la gestion et l’efficacité de leurs services.[...] mais quant à savoir si ces chiffres sont sur-estimés ou sous-estimés, l’avenir le dira » explique Claire Gallon.

> Les données, ressources gratuites pour de nouveaux acteurs

Mais si les retombées économiques sont encore difficilement mesurables, le mouvement d'ouverture des données, réussit à provoquer certains changements comme l'explique la présidente de Libertic:

« On le constate avec les acteurs publics qui renégocient leurs contrats avec les délégataires pour s’assurer désormais de la propriété des données collectées dans le cadre d’une mission. Lorsque des détenteurs de données animent des concours, communiquent, organisent des conférences, créent des cursus de formations liés à l’open data, ils contribuent en réalité à mobiliser tout un écosystème et des entrepreneurs autour du secteur économique du traitement des données.

Dans ce contexte, les données ouvertes constituent un carburant complémentaire. Une ressource gratuite qui facilite l’entrée de nouveaux acteurs et permet de développer des compétences [...]. »

De plus, il semble que l'on se focalise trop rapidement sur l'impact économique liées au industries de développement web dont les données ouvertes peuvent être une nouvelle ressource. Mais trop souvent, les développeurs peinent à pérenniser leurs projets

« Certains vont jusqu’à dire qu’il n’y a pas de modèle économique autour de l’open data. Les données ouvertes ne sont pourtant pas un service, c’est une énergie qui vient alimenter un service. [...] La meilleure façon de soutenir ces activités est de développer et d’harmoniser les démarches d’ouverture en France afin de créer une place de données ouvertes qui n’en est qu’à ses balbutiements » ajoute Claire Gallon.

Mais comme le rappelle la jeune femme, l'open data s'inscrit dans un « projet démocratique facilitant le droit d’accès à l’information et la participation des citoyens ». De fait, dans quelle mesure le droit à l'information publique devrait être justifié économiquement afin de perdurer ?

> Quels progrès pour les années à venir ?

Si le bilan de l'initiative data.gouv.fr est constrasté, la présidente de Libertic voit toutefois de beaux jours à venir pour l'ouverture des données :

« D'ici trois ans, les efforts de standardisation et normalisation devraient s’être mis en place afin d’accompagner et harmoniser les pratiques. [...] Les API se multiplieront et les administrations engageront plus d’efforts sur les partenariats et coproductions avec les acteurs extérieurs. L’open data pourrait intégrer des stratégies numériques plus cohérentes sur les territoires et en phase avec d’autres projets tels les smart-city.

Parallèlement, il y aura une volonté pressante de sortir de la technicité  du sujet pour également s’orienter vers les habitants et usagers, à travers des visualisations notamment qui pourront faire partie intégrante des futures plateformes. [...] Les outils, méthodes et animations d’ouverture s’immisceront au sein des services publics et se développeront au-delà des seuls services de l’information » conclue-t-elle.

Ajouter un commentaire


Loading
biuquote
  • Comment
  • Preview

S'abonner à la newsletter

Votre adresse email sera uniquement utilisée pour vous envoyer la newsletter de RSLN. Microsoft ne l'utilisera pour aucune autre communication, qu'elle soit commerciale ou institutionnelle. Microsoft ne vend ni ne loue ses listes d'abonnées à des tiers.