Économie numérique

Open data : comment promouvoir un projet de libération des données (3/3)

1

Nous vous proposons de découvrir un guide pour mener à bien un projet Open Data. Rédigé par Microsoft, il fait partie d'un ouvrage dédié à l'Open data coordonné par le Réseau des Territoires Innovants, et qui sera diffusé début janvier 2013.

Après les enjeux de la libération des données, la question essentielle de la qualité des données publiées et la nécessité de mettre en place une plateforme optimisée, cette troisième et dernière partie explique comment promouvoir un projet d'ouverture des données.


> La promotion du projet, gage de sa réussite

« La dernière étape à franchir est celle de la promotion du projet. Tout le travail de recherche, de qualification et de tri des données n’aura de valeur que si les développeurs d’applications informatiques s’en emparent.

Créer une dynamique de collaboration et de co-production avec la communauté d’utilisateurs permet d’imaginer de nouveaux services, à communiquer ensuite aux citoyens.

Comme déjà exprimé plus haut, la consultation des données est favorisée par un outil de visualisation. En parallèle du travail de sélection des données, une collectivité peut contacter les développeurs pour initier les premiers services en faisant un appel à projets ou en organisant un concours d’applications, moyen rapide de créer une émulation au sein de l’écosystème.

> Accompagner les citoyens de la consultation à la création

Le premier concours d’ampleur, organisé en 2007 par la ville de Washington, a vu la création de 47 applications développées en 30 jours. L’engouement ne se dément pas non plus en France. Le concours lancé par Rennes Métropole en octobre 2010 a donné naissance à 43 applications. Il est recommandé, à l’image de ce qui a été fait à Rennes ou encore par le CG 71, de proposer des catégories - telles que transport, accessibilité, développement durable, tourisme - afin de garantir un développement d’applications pour toutes les thématiques de données que l’organisation prévoit de publier.

La promotion du projet est l’occasion d’impliquer diverses parties prenantes : chercheurs, grandes entreprises, CCI, associations, mouvements citoyens etc. Les acteurs économiques d’un territoire sont même des partenaires naturels car l’Open data est un vecteur de valorisation du territoire. La CCI Marseille Provence l’a compris qui a ainsi mis en place un concours à l’occasion de l’événement « 2013, Capitale Européenne de la Culture » afin de récompenser les applications les plus innovantes utilisant les données libérées par les portails Open data de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur et de Bouches-du-Rhône Tourisme.

> Faire remonter les remarques

Un autre facteur de succès d’une démarche Open data réside dans la création d’échanges permanents entre la collectivité et l’écosystème. Nous préconisons ainsi la mise en place d’une interface sur le portail Open data permettant aux utilisateurs de faire remonter leur remarques à la collectivité concernant la qualité des données ou des suggestions sur la publication de nouvelles données.

La collectivité doit également favoriser une dynamique de co-production alimentée par les acteurs eux-mêmes. Ainsi, elle peut mettre en place des éléments de réseaux sociaux pour que chacun puisse partager des idées d’usage et d’application, des conseils ou bonnes pratiques entre différentes compétences (l’initiateur d’une idée, un développeur, un graphiste).

> L’Open data modernise les organisations

Au-delà des bonnes pratiques recensées sur l’établissement d’un projet Open data, notre expérience auprès d’organisations publiques en France, et à travers le monde, nous a convaincus que la démarche Open Data est un formidable vecteur de modernisation des organisations.

Elle favorise une collaboration nouvelle entre les services, crée un processus unifié de production de données de qualité et fournit des informations nouvelles et critiques pour optimiser la gestion de l’organisation.

De par sa nature transversale, un projet Open data fédère les différents acteurs de l’organisation. Il aura d’autant plus de retombées qu’il aura été piloté par un comité rassemblant des expertises complémentaires. Il doit d’abord être porté par l’élu afin d’initier la dynamique collaborative et s’assurer de la promotion auprès des citoyens. Il doit ensuite représenter les directions de services afin d’avoir la vision la plus exhaustive des données et confirmer l’ambition sur le long terme.

Cette collaboration nouvelle va également permettre de faire connaître, partager et réutiliser les informations produites entre les services et les aider à être plus efficients dans la mission de service public.

De plus, le recensement des données conduit à la mise en œuvre d’une unification de la chaîne de production et d’un système de flux simplifié. Pour exemple, les problématiques de nommage des arrondissements citées précédemment. Suite à un projet Open data, certaines collectivités ont mis en place des processus de qualité afin d’améliorer les procédures de production et de partage des données et ont décidé d’allouer une ressource spécifique pour assurer la cohérence des données métiers.

Par ailleurs, la création d’une interface unique d’accès à l’ensemble des données favorise le développement de nouveaux outils internes, notamment de gestion, auxquels tous les agents vont pouvoir se référer. Ce peut être l’interface de visualisation destinée à l’origine aux citoyens. Ainsi, les agents du CG 71 ayant rapidement adopté le portail public pour consulter les informations relatives à l’évolution des budgets, des dettes ou encore des montants des subventions allouées ; les responsables du projet Open data ont créé un tableau de bord de pilotage exclusivement à usage interne. Cela représente aussi une optimisation financière pour mettre en place rapidement un outil de gestion à moindre coût.

Les nombreux bénéfices liés à la mise en œuvre de l’Open data seront multipliés si les projets sont menés au niveau territorial. Ils apporteront un enrichissement des données, une mutualisation des ressources, un partage des bonnes pratiques, et l’amélioration de la gestion publique à plus grande échelle.

Cette dynamique, qui s’inscrit parfaitement dans le cadre de la loi de réforme des collectivités territoriales, est d’ores et déjà en marche au travers de projets menés par Nantes Métropole et Versailles Grand Parc. Et pourquoi pas, demain, dans votre collectivité ? »

RSLN le 22/11/2012
rsln
RSLN le 22/11/2012
Photographie :

1 Comments


Philippe Lemerre

Merci pour ce guide très enrichissant

le 06 December 2012

Pingbacks and trackbacks (1)+

Ajouter un commentaire


Loading
biuquote
  • Comment
  • Preview

S'abonner à la newsletter

Votre adresse email sera uniquement utilisée pour vous envoyer la newsletter de RSLN. Microsoft ne l'utilisera pour aucune autre communication, qu'elle soit commerciale ou institutionnelle. Microsoft ne vend ni ne loue ses listes d'abonnées à des tiers.