Vu sur le web

Le « social learning », un outil contre le chômage ?

1

Et si le « social learning », ou l'apprentissage social, était une solution au chômage ? C'est ce qu'explique Jeffrey Roth, vice président et responsable marketing d'Interatyx, dans un article repéré par l'Atelier de l'Emploi.

Les Etats-Unis comptent aujourd'hui près de huit millions de chômeurs, pourtant, les entreprises du pays déclarent avoir tenté de combler environ trois millions de postes vacants depuis Février 2011. Alors, comment expliquer un tel décalage? 

> Un problème d'apprentissage

Comme l'explique Jeffrey Roth, tout est une question d'apprentissage. Selon une étude menée par ManpowerGroup en Janvier 2012 - et à découvrir en français ici - près de la moitié des entreprises sondées auraient expliqué ne pas avoir trouvé de salariés spécifiquement qualifiés pour les postes disponibles. 

Si les entreprises sont obligées de former progressivement leurs employés, l'incertitude du marché et la fragilité de l'économie les rendent plus frileuses à investir dans un apprentissage continu, potentiellement coûteux. 

> Le « social learning » salvateur ?

Une solution semble se dessiner dans le « social learning ». En effet, grâce aux intranets sociaux, aux wikis spécifiques à certains domaines d'expertise, aux bases de données des meilleures pratiques, les employés peuvent jouer un rôle actif dans leur apprentissage. Et donc mieux répondre à leurs besoins et à ceux de leurs entreprises.

De la même manière que les réseaux sociaux ont facilité l'organisation d'évènements, l'accès et le partage d'informations, l'apprentissage social modifie la manière dont les travailleurs acquièrent de nouvelles compétences

Enfin, Jeffrey Roth rappelle que de nombreuses universités ont depuis longtemps mis en ligne leurs cours et offrent des classes virtuelles. Mais l'évolution des formations vers un apprentissage social est évident selon lui, considérant que les technologies sont développées dans le but de rendre les choses plus simples et plus efficientes.

« Quand un nouveau mode d'apprentissage donne des résultats aussi bons voire meilleurs que l'ancienne méthode, il devient la norme » explique Jeffrey Roth.

Le « social learning » serait donc en passe de devenir un standard. Il restera alors aux entreprises à adapter leurs méthodes de recrutement et de management pour utiliser au mieux ces nouvelles capacités.

Camille Gicquel le 14/11/2012
Camille
Camille Gicquel le 14/11/2012

1 Comments


cvaufrey

Bien sûr, le social learning est une voie à explorer très sérieusement pour la formation professionnelle qui ne se limite pas, loin de là, aux dispositifs formels. Les Moocs connectivistes exploitent à plein ce potentiel social. Une première expérience francophone se termine, et déjà l'on peut affirmer que sans la communauté des participants, rien n'aurait pu se réaliser. Ce soir (jeudi 13 décembre), nous faisons le bilan de ce Mooc. Ce sera sur YouTube : http://www.youtube.com/user/moocfr, sur Twitter, et c'est déjà dans les blogs des participants, à repérer ici : http://itypa.mooc.fr/aggregator
Il ne s'agit plus je pense de décider si oui ou non, les réseaux sociaux numériques organisés ou spontanés peuvent participer à la formation tout au long de la vie, mais plutôt d'accompagner les personnes désireuses de se former dans leur utilisation...

le 13 December 2012

Pingbacks and trackbacks (1)+

Ajouter un commentaire


Loading
biuquote
  • Comment
  • Preview

S'abonner à la newsletter

Votre adresse email sera uniquement utilisée pour vous envoyer la newsletter de RSLN. Microsoft ne l'utilisera pour aucune autre communication, qu'elle soit commerciale ou institutionnelle. Microsoft ne vend ni ne loue ses listes d'abonnées à des tiers.