Vu sur le web

Quand les citoyens produisent leurs campagnes publicitaires

0

Les « pubs citoyennes » seraient-elles un nouveau marché ? En France, deux sites internet offrent la possibilité aux citoyens de créer et de porter des campagnes sur les sujets de leur choix, comme l’explique Anne-Sophie Novel sur le blog du Monde, Même pas mal

Les sites internet Zioum et Mass to Mass permettent à leurs membres de créer et de participer à des campagnes de publicité initiées par d'autres citoyens

Les projets, qui reposent sur une logique de crowdfunding - ou financement participatif - ont donc un objectif : détourner le système.

> Les sites précurseurs

Ces initiatives ne sont pas nouvelles. En effet, les sites français emboîtent le pas de projets anglo-saxons tels que The Atheist Bus Campaign au Royaume-Uni et EpicStep.com aux Etats-Unis - le second ayant déjà réussi à financer neuf campagnes. 

Marco de la Fuente, créateur de Mass to Mass, estime que ce type de site internet permet aux citoyens de faire connaitre leurs opinions :

« Plus les internautes font preuve de créativité, plus les réseaux sociaux se développent (et avec eux la capacité des gens à mobiliser autour d'eux), plus nous sommes convaincus qu'il n'y a plus qu'un tout petit pas à franchir avant que les internautes ne s'expriment dans de vrais espaces publicitaires. » indique-t-il à Anne-Sophie Novel. 

> Un enthousiasme modéré

Si le premier site est gratuit, le second exige une participation initiale de 15 euros, une barrière à l’entrée qui permet d'« éviter la multiplication de campagnes fantaisistes ».

Peu de projets ont pour le moment été proposés. Seule une publicité pour la protection des abeilles est actuellement en financement. Marco de la Fuente reste confiant, mais il sait qu’il faudra attendre quelques temps avant que les internautes ne s’approprient ce type d’initiative.

S'il faut saluer la volonté d'ouvrir un espace d'expression supplémentaire pour les citoyens, quelles seraient les conséquences de l'arrivée de messages publicitaires financés par les foules ? Doit-on craindre de tomber dans une bataille de slogans aux dépens d'une confrontation d’idées, lesquelles s’épanouissent dans le débat ? Devrait-on autoriser toutes les campagnes, et y a-t-il des questions éthiques à prendre en compte ?

Si les citoyens s’emparent de ces outils sur le long terme, cela nous promet assurément des débats intéressants.

Ajouter un commentaire


Loading
biuquote
  • Comment
  • Preview

S'abonner à la newsletter

Votre adresse email sera uniquement utilisée pour vous envoyer la newsletter de RSLN. Microsoft ne l'utilisera pour aucune autre communication, qu'elle soit commerciale ou institutionnelle. Microsoft ne vend ni ne loue ses listes d'abonnées à des tiers.