Vu sur le web

Vers une réforme en profondeur des lois sur le copyright ?

0

Neelie Kroes, commissaire européenne en charge de la stratégie numérique, plaide pour une réforme en profondeur de la législation du copyright. Son objectif : libérer la création.

C’est un discours particulièrement réformateur qu’a tenu, lundi 10 septembre, la vice-présidente de la Commission européenne. Invitée du Sommet sur l’innovation et la propriété intellectuelle, qui se tenait à Bruxelles, elle a vivement critiqué « des lois obsolètes sur le droit d’auteur, qui freinent l’innovation, la recherche et la création culturelle ».

« Nous n’avons pas réussi à suivre le rythme rapide des évolutions technologiques », a-t-elle pointé, en rappelant que la directive européenne sur le copyright date de 2001 et se fonde sur un état des lieux antérieur à 1998 : 

« En 1998, Mark Zuckerberg avait 14 ans. Aujourd’hui, près d’un milliard de personnes à travers le monde utilise Facebook. En 1998, les plateformes de vidéo en streaming n’existaient pas. Aujourd’hui, une heure de vidéo est téléchargée chaque seconde », a-t-elle pointé face aux acteurs de la création.

> Soutenir la recherche, la culture et l’économie

Pour Neelie Kroes, le constat est sans appel :

« La législation en vigueur entrave la recherche, nuit à la culture et nous fait passer à côté d’un nouveau potentiel de croissance économique. Nous devons la moderniser pour démocratiser l’innovation, permettre aux gens d’exprimer et de partager leurs idées, soutenir et stimuler la créativité. »

Dans le domaine scientifique, la commissaire est convaincue que « les découvertes » ne viennent plus seulement de nouvelles expériences, médicaments et essais cliniques, mais aussi de la manipulation des données existantes :

« Le data-mining et le text-mining sont à l’origine d’importantes avancées. Il y a là un champ immense qui peut conduire à de véritables percées, à condition que les chercheurs soient libérés de l’enchevêtrement juridique. »

Sur le plan culturel, la commissaire a fustigé « les restrictions sur les licences numériques » qui « rendent souvent impossibles les achats de musique ». Selon elle, « les consommateurs passent à côté de moyens légaux et faciles d’accès à leurs produits préférés », tandis que « les créateurs manquent de nouvelles opportunités d’innover et de valoriser notre patrimoine ». Les évolutions technologiques doivent au contraire être vues comme « une énorme opportunité » pour ce secteur.

En période de crise, une modernisation des lois sur le copyright représenterait également « une possibilité nouvelle de croissance économique ». Neelie Kroes interroge : « Comment pouvons-nous espérer que les entreprises européennes réussissent alors qu’elles doivent se conformer à vingt-sept législations différentes, même si celles-ci sont basées sur une directive commune ? Comment pouvons-nous attendre qu’elles concurrencent des sociétés américaines qui s’adressent à des centaines de millions de clients ? »

> Vers la création d’un « marché numérique européen » ?

Pour la vice-présidente de la Commission européenne, « nous avons besoin d’une solution européenne commune » qui évite la fragmentation. « Un nombre croissant d’Etats membres reconnait la nécessité d’une réforme et de tester de nouvelles idées dans ce domaine », se réjouit-elle, en proposant de concevoir un « marché numérique européen ».

Un discours qui ouvre le champ des possibles mais qui n’esquisse pas encore de mesures concrètes. Tâche à Michel Barnier, commissaire européen au marché intérieur et aux services, d’animer la concertation et de proposer dans l’année à venir une nouvelle directive.

Pour Neelie Kroes, ce processus impliquera que chacun fasse preuve d'ouverture d'esprit :

« Nous devons laisser la passion de côté, pour adopter un point de vue pragmatique. Nous sommes ouverts aux idées de toutes les parties prenantes : artistes, consommateurs, entreprises et chercheurs », a conclu Neelie Kroes.

Matthieu Lamarre le 12/09/2012
Matthieu
Matthieu Lamarre le 12/09/2012
Photographie : Joshua Gajownik

Ajouter un commentaire


Loading
biuquote
  • Comment
  • Preview

S'abonner à la newsletter

Votre adresse email sera uniquement utilisée pour vous envoyer la newsletter de RSLN. Microsoft ne l'utilisera pour aucune autre communication, qu'elle soit commerciale ou institutionnelle. Microsoft ne vend ni ne loue ses listes d'abonnées à des tiers.