Vu sur le web

La success-story très accidentelle de l'arobase

1

Appelé « l'escargot » par les Italiens, la « queue de singe » par les Hollandais, et « arobase » en français, le symbole « @ » est la clé de la communication électronique. Il a même trouvé sa place dans la collection permanente du MoMA, le Musée d'Art Moderne de New York, qui en fait un exemple de « l'élégance, de l'économie, de la transparence intellectuelle et du sens des possibles orientations futures qui sont incorporés dans les arts de notre temps ».

Mais comment est-il devenu cette star d'Internet ? Voici son histoire, racontée par le site Smithsonian.com.

> Des manuscrits des moines copistes...

L'origine de ce gracieux symbole reste un mystère. Une théorie avance que les moines du Moyen-Age, à la recherche de raccourcis pour la copie des manuscrits, ont converti le mot latin « ad » (vers) en un « a » autour duquel s'enroule un  « d » comme une queue. 

Autre hypothèse : il viendrait du mot français « à », et les scribes à la recherche d'efficacité auraient représenté l'accent en balayant simplement la pointe de la plume autour de la voyelle. Ou encore, le symbole pourrait avoir évolué à partir d'une abréviation de « each at » - « chacun à », en anglais, le « a » s'étant ainsi trouvé enveloppé dans un « e ». La première utilisation attestée du symbole remonte à 1536 : on le retrouve dans une lettre du marchand florentin Francesco Lapi, qui l'utilisait pour désigner des unités de vin appelées « amphoraes » - du nom des pots en terre cuite de grande taille qui contenait le précieux liquide.

Plus tard, le symbole a joué un rôle historique dans le commerce : les commerçants l'ont longtemps utilisé pour signifier « au prix de », comme par exemple « 5 pains @ 1 franc ». Mais le premier âge de l'imprimerie n'a pas été tendre avec le symbole : les machines à écrire apparues au milieu du XIXème siècle ne l'intégraient pas - pas plus que les premiers systèmes de cartes perforées qui, à partir de 1890, ont tenu lieu d'ancêtres de la programmation informatique.

> ...aux premiers protocoles informatiques

Il faudra attendre 1971 pour voir l'arobase vraiment sortir des ténèbres. Cette année-là, un informaticien du nom de Ray Tomlinson s'est trouvé confronté à un problème épineux : comment connecter entre elles les personnes qui programment des téléscripteurs, l'ancêtre de nos ordinateurs ?  

L'idée était de créer des adresses électroniques réunissant le nom d'une personne et le nom d'un ordinateur. Mais le symbole séparant ces deux éléments devait être vierge de toute autre utilisation en informatique - sous peine de perturber les machines. 

Après avoir hésité entre le point d'exclamation ou la virgule, les yeux de l'informaticien se sont arrêtés sur le symbole « @ » qu'intégrait le clavier de son téléscripteur. Avec ce système, il a pu s'envoyer à lui-même un email, qui a voyagé entre les deux téléscripteurs de sa chambre via le réseau Arpanet... l'ancêtre de l'Internet.

Tomlinson, qui travaille toujours dans la même entreprise, ne se souvient pas de ce qu'il a écrit dans ce premier e-mail. Mais dans l'intervalle, l'ancien scriptogramme « @ », qui était alors presque obsolète, a retrouvé une nouvelle jeunesse - pour devenir le symbole d'une révolution dans la manière dont les hommes se connectent.

Tommy Pouilly (@5h55) le 05/09/2012
Tommy
Tommy Pouilly (@5h55) le 05/09/2012

1 Comments


rochette pierre

toute révolution a besoin d 'un symbole

      je suggère que le @ soit attribué aux vies privées oeuvre d'@rt quand leur rêve et leur passion d'allumer le rêve chez l'autre est reconnue par un pays, afin qu'un jour cette masse critique de vies pivées oeuvre d'@rt permette le surgissement sur la planète du premier pays oeuvre d'@rt.

Pierrot
vagabond céleste

        

le 04 December 2012

Pingbacks and trackbacks (1)+

Ajouter un commentaire


Loading
biuquote
  • Comment
  • Preview

S'abonner à la newsletter

Votre adresse email sera uniquement utilisée pour vous envoyer la newsletter de RSLN. Microsoft ne l'utilisera pour aucune autre communication, qu'elle soit commerciale ou institutionnelle. Microsoft ne vend ni ne loue ses listes d'abonnées à des tiers.