Vu sur le web

Certaines polices sont-elles plus crédibles que d'autres ?

0

La police de caractères que vous utilisez pour vos correspondances est le reflet de votre personnalité : cette idée répandue pourrait bien être plus vraie encore qu'on ne le pensait. Un documentaliste, Errol Morris, a en effet démontré que nous serions davantage portés à croire une information écrite dans certaines polices que dans d'autres.

Plus exactement, il existerait un « effet Baskerville » : selon l'expérience racontée par FAST Co.Exist - qui consistait à faire lire un même article écrit dans des polices différentes à un grand nombre de personnes - cette police ferait d'avantage autorité avec un taux de persuasion de près de 2% supérieur.

Un taux trop faible pour être significatif ? Ce n'est pas l'avis de l'auteur du test, pour qui ce résultat est déjà « impressionnant » : « de nombreux spécialistes du marketing en ligne tueraient pour un avantage de 2%, qui peut correspondre à un supplément décisif de clics menant à la vente ».

Errol Morris ne pèse pas ses mots pour avertir des implications de sa trouvaille :

« La vérité ne dépend pas d'une police de caractères, mais une police de caractères peut nous influencer subtilement à croire qu'une phrase est vraie. Cela pourrait-il suffire à faire basculer une élection ? Nous inciter à acheter un vaisselier neuf ? Changer certaines de nos convictions les plus chères et profondes ? En réalité, nous pourrions être à la merci des polices de caractères d'une manière que nous ne soupçonnons pas ».

Dans ce cas, peut-être devrait-on souhaiter que son expérience soit rééditée à plus grande échelle, et l'effet psychologique des polices de caractère davantage exploré ?

Tommy Pouilly le 20/08/2012
Tommy
Tommy Pouilly le 20/08/2012

Pingbacks and trackbacks (1)+

Ajouter un commentaire


Loading
biuquote
  • Comment
  • Preview

S'abonner à la newsletter

Votre adresse email sera uniquement utilisée pour vous envoyer la newsletter de RSLN. Microsoft ne l'utilisera pour aucune autre communication, qu'elle soit commerciale ou institutionnelle. Microsoft ne vend ni ne loue ses listes d'abonnées à des tiers.