Vu sur le web

À gros cerveaux, gros réseaux ?

0

Connaissez-vous le nombre de Dunbar ? Il évalue à environ 150 le nombre de « liens forts » que vous pouvez entretenir en même temps avec d’autres individus. Mais ce nombre ne serait qu’une moyenne, qui cache de vraies disparités, avec une dispersion qui irait de 100 à 230 relations sociales possibles selon chaque individu.

Comme le signale le site Readwriteweb, des anthropologistes et des psychologues ont cherché à déterminer ce qui fonde de tels écarts entre deux personnes. Le groupe de chercheurs a récemment livré ses conclusions dans la revue scientifique Proceedings of the Royal Society B. Selon eux, il existe une corrélation directe entre la taille de notre réseau social et celle… de notre cerveau !

Pour être plus précis, il s’agirait d’une zone bien circonscrite du cerveau appelée cortex orbitofrontal. Plus elle est importante, plus votre potentiel amical le serait aussi. Une cause biologique qui remonterait loin dans nos origines :

« de gros cerveaux ne sont pas faits pour nous rendre intelligents, mais bien pour entretenir des relations qui constituent autant de chances d’assurer notre survie », souligne Readwriteweb.

Bien entendu, d’autres paramètres rentrent en jeu pour déterminer cette capacité sociale, mais elle tendrait à démontrer que non, nous ne sommes pas tous égaux face à nos nombres de followers et autres listes d’amis...

Jason Wiels le 17/08/2012
jason
Jason Wiels le 17/08/2012

Pingbacks and trackbacks (1)+

Ajouter un commentaire


Loading
biuquote
  • Comment
  • Preview

S'abonner à la newsletter

Votre adresse email sera uniquement utilisée pour vous envoyer la newsletter de RSLN. Microsoft ne l'utilisera pour aucune autre communication, qu'elle soit commerciale ou institutionnelle. Microsoft ne vend ni ne loue ses listes d'abonnées à des tiers.