Suivez-nous également sur Twitter @RSLNmag
Société

Anticiper les usages pour mieux protéger la vie privée

0

Comment se protéger dans un monde en perpétuel ouverture ? Sophie Vulliet-Tavernier, directrice des études, de l'innovation et de la prospective à la Cnil, revient sur deux chantiers en cours pour mieux comprendre, donc mieux sécuriser, la vie privée de chacun.

Evaluer le plus tôt possible les innovations technologiques susceptibles d’avoir un impact sur la vie privée et les libertés, anticiper les nouveaux usages du numérique et en définir les enjeux en termes de protection des données, le tout selon une approche résolument pluridisciplinaire (et non plus seulement technologique ou juridique) : c’était l’ambition de la Cnil quand elle a créé la Direction des études, de l’innovation et de la prospective (DEIP).

Au moment où, avec le projet de règlement européen sur le sujet, se dessine le nouveau paysage de la protection des données, l’ouverture de cette nouvelle Direction traduit une volonté forte de notre commission de développer la réflexion prospective, de s’ouvrir plus largement sur l’extérieur et d’innover en profondeur dans ses modes d’intervention.

À la fin de l’année 2011, la DEIP a créé son laboratoire d’études. Sa raison d’être ? Tester et évaluer des produits et des applications innovantes, mais aussi développer en propre des outils de protection des données, notamment à visée pédagogique. Des partenariats extérieurs ont été conclus à cet effet, en particulier avec le monde académique et le monde de la recherche, l’Inria, par exemple. Et d’autres partenariats sont en cours.

Parallèlement, deux importants chantiers d’études ont été lancés.

Le premier chantier a pour objet les smartphones et leur écosystème. Première étape : dresser un état des lieux des pratiques des utilisateurs de smartphones, ainsi que de la perception qu’ils ont de la protection de leurs données personnelles. Un premier sondage sur ces sujets a été réalisé en novembre 2011. Les résultats, très éclairants, sont analysés dans la lettre IP Innovation et Prospective, la nouvelle publication de la Cnil. On y apprend ainsi que, à la fois concentrateur et producteur de données personnelles, le smartphone reste une boîte noire pour son possesseur, alors même qu’un fort besoin de protection des données personnelles est exprimé. Face à cette opacité, la Cnil souhaite donc que les acteurs construisent une offre de services qui soit beaucoup plus transparente, mais aussi plus respectueuse de la vie privée. Une deuxième étape consiste à analyser en profondeur l’écosystème des smartphones, à l’horizon des cinq à dix prochaines années. En s’interrogeant aussi bien sur la feuille de route technologique et l’évolution des business models que sur les tendances d’usages et les formes de régulation possibles et souhaitables.

Enfin, un second chantier, intitulé « Vie privée 2020 », a été lancé. Il consiste à interviewer un certain nombre d’experts et d’acteurs clés du numérique pour recueillir leur perception des évolutions futures dans le champ de la vie privée, des libertés et des données personnelles. Économistes, sociologues, acteurs du monde associatif, think tanks, acteurs économiques, tous seront consultés. Et sur un mode tout aussi prospectif, il leur est également demandé de donner leur vision des formes de régulation à venir. De quoi mieux comprendre ce que devra être le rôle de la Cnil dans le futur.

> RSLN #11 - Microsoft Research : le futur s'invente aujourd'hui

Sophie Vulliet-Tavernier le 06/07/2012

Pingbacks and trackbacks (1)+

Ajouter un commentaire


Loading
biuquote
  • Comment
  • Preview

S'abonner à la newsletter

Votre adresse email sera uniquement utilisée pour vous envoyer la newsletter de RSLN. Microsoft ne l'utilisera pour aucune autre communication, qu'elle soit commerciale ou institutionnelle. Microsoft ne vend ni ne loue ses listes d'abonnées à des tiers.