Vu sur le web

Surfer pour évacuer le stress

1

Se perdre dans les dédales du web est-il bon pour la santé ? A contre-courant de l'avis dominant, qui voit dans l'hyper-information et les sollicitations numériques incessantes une source de stress, c'est ce que propose un article du New York Times : 

« La semaine dernière, j'ai eu fait une curieuse expérience, raconte la journaliste Jenna Wortham. Stressée, en retard dans mon travail, j'ai été frustrée à tel point que je n'étais plus capable de me concentrer. Alors j'ai commencé à poster une poignée d'articles sur Twitter et Tumblr. Pendant un certain temps, mon esprit et les doigts ont erré à travers le Web. Quand j'en ai eu assez, je suis retournée à ma mission, et l'ai achevée en un clin d'oeil. Le détour a pris moins de dix minutes, et a suffi à me rendre plus efficace ».

Ainsi, quand certains se coupent du vacarme du web pour se détendre, d'autres utilisent les distractions numériques pour calmer leurs nerfs. Est-ce grâce au plaisir procuré par l'addiction ?

Interrogeant les lecteurs, Jenna Wortham énumère les expériences plus ou moins similaires. Les questions fusent : par exemple, pourquoi est-ce sous la douche, ou lorsque nous nous éloignons momentanément de notre bureau, que nous avons nos meilleures idées ? Est-ce que s'égarer dans les flux numériques est aussi efficace pour se détendre, ou être créatif, qu'une promenade dans la « vraie vie » ? Les avis divergent, mais tous s'entendent sur un point : parfois, il semble que nous ayons simplement besoin de laisser nos problèmes se dénouer « en arrière-plan ». 

Et demain ? A force que les outils de notre quotidien sollicitent toujours plus notre attention, comment apprendrons-nous à composer avec ces distractions ? Est-il possible que notre cerveau s'adapte, pour tourner cette situation à notre avantage ?

Les spécialistes des sciences cognitives, et notamment ceux qui étudient la plasticité du cerveau, travaillent sur ces questions. Mais il faudra encore un peu de patience, prévient la journaliste : c'est encore un champ d'étude très embryonnaire.

Tommy Pouilly (@5h55) le 03/07/2012
Tommy
Tommy Pouilly (@5h55) le 03/07/2012

1 Comments


Christophe T

N'est ce pas l'expérience du "flow" dans l'usage du web qui nous permet en passant par une activité maitrisée à un moment donné qui nous permet de reprendre ensuite plus facilement l'activité interrompue ?

le flow : fr.wikipedia.org/.../Mih%C3%A1ly_Cs%C3%ADkszentmih%C3%A1lyi

le 03 July 2012

Pingbacks and trackbacks (1)+

Ajouter un commentaire


Loading
biuquote
  • Comment
  • Preview

S'abonner à la newsletter

Votre adresse email sera uniquement utilisée pour vous envoyer la newsletter de RSLN. Microsoft ne l'utilisera pour aucune autre communication, qu'elle soit commerciale ou institutionnelle. Microsoft ne vend ni ne loue ses listes d'abonnées à des tiers.