Médias

« Multiversités créatives » : générer, fabriquer et représenter avec le numérique

0

Comment donner à voir au public la révolution contemporaine des processus créatifs ? A l'exposition « Multiversités créatives » qui se tient du 3 mai au 6 août au Centre Pompidou, on a choisi d'entrecroiser les approches technologiques, esthétiques et sociétales autour de quelques thèmes simples : générer, fabriquer, représenter.

Conçus et réalisés spécialement pour l'exposition, les modèles exposés témoignent des questionnements et des expérimentations des professionnels dans des domaines aussi variés que l'architecture, le design, les nouvelles technologies et l'innovation sociale.

> « Générer » : l'Hygroscope, par Achim Menges 

La puissance de calcul des ordinateurs actuels permet d'intégrer des données variables dans le processus de création, pour réaliser des oeuvres inédites. Il devient possible de bâtir une architecture organique, presque « vivante », en tenant compte des facteurs environnementaux qui influent le développement du vivant.

C'est le coeur du travail d’Achim Menges : sa structure biomorphique, qu'observe le visiteur ci-dessous, est composée de 4000 éléments découpés par un robot à commande numérique. Des capteurs intégrés régulent l’humidité de l’air en fonction, notamment, du nombre de visiteurs présents. Les variations d’humidité mettent en mouvement les pièces de bois, par dilatation et contraction.

 

> « Fabriquer », avec l'impression 3D

A l'heure où se généralise l'usage des machines à commande numérique, les designers investissent les ateliers des artisans. Dans les fablabs, les « laboratoires de fabrication » contemporains, l'objet est conçu et fabriqué d'une seule traite. Le logiciel permet de modéliser la forme, la structure et la matière idéales en intégrant les contraintes de fabrication et des paramètres environnementaux. C'est encore un logiciel qui commande la fabrication de l'objet, lorsque l'équipe fait appel au bras articulé d'une « imprimante 3D ».

Pour préparer l'exposition, un Fab Lab a été mis en place à Porto-Novo au Bénin, avec une résidence du designer Kossi Aguessy. L'exposition mobilise également les designers François Brument et Markus Kayser.

L'impression 3D est à l'honneur : Talos est une série d'objets réalisés par ce moyen, pour une étude sur les fonctions protectrices du corps d'êtres imaginaires.

 

> « Représenter » : les lampes pensantes de LUSTlab

Dans la plupart de ses activités, l'Homme collecte et produit un champ très vaste de données qui nourrissent ses machines. Aujourd'hui, ces informations sont libres et disponibles sur Internet. Les graphistes s'en servent pour inventer de nouvelles façons de représenter les connaissances. Dans l'exposition, on trouve de nombreux dispositifs de data visualisation, qui mettent en forme des informations complexes dans une interface accessible, ludique et interactive.

Comment se comporteraient nos objets du quotidien s’ils étaient branchés sur Internet et pouvaient réagir à ce qui s’y passe ? Un curieux projet explore cette question : Res sapiens, la « chose pensante », est une installation qui présente des lampes animées et programmées pour réagir au trafic du réseau social Twitter. Elles s'allument, s'éteignent, se déplacent, s'exclament ou se taisent en fonction d'une grille préétablie de connotation des mots contenus dans les messages de 140 caractères qui s'échangent sur ce réseau.  

Comment ça marche ? Les lampes détectent des « sujets d'intérêt » parmi les conversations Twitter. Une fois isolés ces messages récurrents, elles en détectent la teneur : est-ce que ceux-ci véhiculent de la peur ? De la surprise ? De la colère ? Les lampes adapteront leur comportement en fonction du sentiment dominant. En imaginant cette installation, LUSTlab et Pieke Bergmans ont voulu suggérer de nouvelles façons d’interagir avec notre information au quotidien.

> Pour aller plus loin :

Tommy Pouilly (@5h55) le 15/05/2012
Tommy
Tommy Pouilly (@5h55) le 15/05/2012

Ajouter un commentaire


Loading
biuquote
  • Comment
  • Preview

S'abonner à la newsletter

Votre adresse email sera uniquement utilisée pour vous envoyer la newsletter de RSLN. Microsoft ne l'utilisera pour aucune autre communication, qu'elle soit commerciale ou institutionnelle. Microsoft ne vend ni ne loue ses listes d'abonnées à des tiers.