Médias

François Hébel : le numérique pousse la photographie à sortir du cadre

0

Comment le numérique a-t-il transformé le travail des photographes mais également changé notre représentation du monde ?

Dans le cadre du forum Netexplo, François Hébel, directeur des Rencontres de la photographie d’Arles et ex-directeur de l’agence Magnum, nous a proposé sa perspective de professionnel aux avant-postes de la création photographique, sur un secteur bouleversé par les nouvelles technologies.

  Le photographe, ce « cadreur virtuose »

L’arrivée du numérique en photographie a provoqué un véritable choc industriel, entrainant la restructuration des principales agences comme l’AFP, Reuters ou l’Associated Press. Mais pour le directeur des Rencontres de la photographie, le changement le plus profond vient du statut des photographes :

« Avant les photographes livraient simplement leurs photos, désormais ils les conçoivent, les retouchent et assurent leur impression et leur diffusion. Nous assistons avec le numérique à un élargissement de la palette du photographe qui s’occupe autant de la prise de vue que du tirage ou de la dimension de leur image. Le numérique ajoute des possibilités, comme si nous avions rajouté le pastel à la gouache dans la palette du peintre. »

  Les photographes ont toujours eu de la technologie entre les mains

« Les artistes, dont les photographes, ont toujours apprécié la technologie» rappelleFrançois Hébel.Le travail sur l’image ne date pas de l’avènement du numérique, explique-t-il en citant notammentl’utilisation de la lumière par le photographe Sebastiao Salgado, photographe brésilien et économiste.

Dans leurs laboratoirse, les photographes ont « toujours triché avec l’image ». Mais avant le numérique, le seul moyen de retravailler les images ou de retrouver l’image d’origine était la mémoire humaine. Désormais, avec l’archivage numérique, il est possible de reprendre et retravailler une même image des années plus tard. François Hébel explique par exemple que tous les six mois environ depuis dix ans, Harry Guyart, photographe belge, déchire la photographie de la mer qu’il lui a offerte et retravaille le tirage de ce paysage.

  > Le numérique démultiplie les possibilités 

La photographie numérique a décuplé le nombre de possibilités sur le plan économique, en mettant à portée de tous les outils nécessaires. Mais elle a également ouvert de nouveaux horizons techniques aux photographes : lors de l’édition 2011 des Rencontres de la photographie d’Arles, le photographe Wang Qingsong a exposé une « fresque photographique » longue de 42 mètres et constituée d’une seule pièce.

«  Le numérique pousse la photographie à sortir du cadre. Il fut une longue époque où pour gagner ses lettres de noblesse la photographie s'était enfermée dans des critères tels que seul le noir et blanc, le format du tirage au maximum en 400 x 50 cm...

Tout cela est fini depuis Nan Goldin et sa ballade of Sexual dependency en projection. Ou encore depuis que Cindy Sherman et Andreas Gursky pulvérisent des records de vente aux enchères [NDLR :4 millions de dollars récemment pour Gursky] avec de grands tirages couleurs. »

  > Demain, le langage des images ?

« Nous baignons dans un monde d’image. Sur les réseaux sociaux, les enfants manipulent constamment les photographies au point que les images remplacent les mots et deviennent un langage. Pour les plus jeunes, la photographie est alors une grammaire » explique François Hébel.

De nouveaux usages qui trouvent leur fondation dans la nature même de la photographie : le huitième art a des champs d’application plus vastes que les autres formes d’expression. La photographie ne prend pas seulement la forme d’un tirage, elle peut s’incarner sur des affiches, des bâches, des projections, des fresques, des écrans et des livres. Et elle dépasse les limites de compréhensions des langues ouvrant la voie à toujours plus de créativité :

« Le monde des images est à portée de tous et multiplie les types d’expression. Je ne suis donc pas surpris de voir progresser le rôle des images sur le web. Et nous sommes seulement à l’aube d’un véritable boom créatif ! »

Claire Abrieux le 29/03/2012
Claire
Claire Abrieux le 29/03/2012
Photographie :

Pingbacks and trackbacks (1)+

Ajouter un commentaire


Loading
biuquote
  • Comment
  • Preview

S'abonner à la newsletter

Votre adresse email sera uniquement utilisée pour vous envoyer la newsletter de RSLN. Microsoft ne l'utilisera pour aucune autre communication, qu'elle soit commerciale ou institutionnelle. Microsoft ne vend ni ne loue ses listes d'abonnées à des tiers.