Suivez-nous également sur Twitter @RSLNmag
Vu sur le web

Plus d’argent pour le e-gouvernement américain

0

Nous avions peine à y croire lorsque le 11 avril 2011, la part du budget alloué au « e-gouvernement », c’est-à-dire à toutes ces pratiques qui consistent à utiliser le potentiel des nouvelles technologies pour rendre l’administration plus efficace, avait subi des coupes drastiques. En deux ans, le budget du e-gouvernement avait été réduit de plus de 50%, passant de 34 millions d’euros en 2010 à 8 millions en 2011.

Lundi 13 février, la Maison Blanche a déroulé les attributions de budget pour 2013. La part allouée à l’e-gouvernement a augmenté : pour l’année 2013, elle représente 16,7 millions de dollars. L’augmentation des budgets attribués aux initiatives telles que data.gov, performance.gov et USASpending.gov est significative en comparaison avec les 8 millions de l’année 2011. Mais on notera que le budget n’atteint pas néanmoins les 34 millions accordés en 2010.

« Cette augmentation est clairement une bonne nouvelle pour l’innovation et la transparence des données gouvernementales », souligne Gavin Baker, analyste en politiques fédérales de l’information pour OMB Watch, une association de lutte pour la transparence de l’Etat. 

En plus de cela, 5 millions supplémentaires seront dédiés  à la mise en place des projets issus des expérimentations des années précédentes en e-gouvernement. Cette enveloppe servira à des initiatives menées par différents services en termes de transparence ou de sécurité des données comme Information Technology Dashboard.

Ce budget supplémentaire sera employé pour rendre compte des projets numériques engagés en temps réel, pour muscler les équipes en recrutant de nouveaux talents et pour des applications sur mobile.

Claire Abrieux le 16/02/2012
Claire
Claire Abrieux le 16/02/2012

Ajouter un commentaire


Loading
biuquote
  • Comment
  • Preview

S'abonner à la newsletter

Votre adresse email sera uniquement utilisée pour vous envoyer la newsletter de RSLN. Microsoft ne l'utilisera pour aucune autre communication, qu'elle soit commerciale ou institutionnelle. Microsoft ne vend ni ne loue ses listes d'abonnées à des tiers.