Suivez-nous également sur Twitter @RSLNmag
Société

Le Grand Mix : trois projets innovants entre science et numérique

0

Un an après une première soirée d’échanges sur le thème de la « science citoyenne », où « l'amateur » peut jouer un rôle plus important et pour qui Internet constitue une vraie opportunité, le collectif du Grand Mix a remis le couvert début novembre à La Cantine.

Organisée par cinq des acteurs de cette « science 2.0 » - le C@fé des sciences, Knowtex, Pris(m)e de tête, Sciences et démocratie et Recherche en cours – la conférence proposait de revenir sur cette science « en train de se faire » et qui « vient d’en bas ». Des jeunes talents ont notamment présenté leurs projets mêlant science et numérique. Retour sur certains d’entre eux.

> Demandez le programme avec « Votons pour la science »

Il y a eu Nicolas Hulot et son « pacte écologique » en 2007, il y a désormais « Votons pour la science » en 2012.

Ce site Internet se propose de soumettre l’ensemble des candidats à l’élection présidentielle à une série de questions sur le monde de la science :

« Cette démarche fait écho à un site québecois, « Je vote pour la science », qui a instauré un dialogue avec les partis politiques. Notre but est d’interroger les candidats, faire ressortir et rendre claires leurs positions. Nous avons d’ores et déjà des réponses très intéressantes. » explique Thomas Duncan, co-rédacteur du projet.

Si François Hollande a par exemple déjà répondu de façon plutôt détaillée au questionnaire, il risque tout de même d’y avoir une quinzaine de candidats au printemps prochain. Mais, à « Votons pour la science », on se dit confiant quant à la suite du projet, puisque plusieurs personnalités ont déjà promis de se prêter au jeu. 

> « Docteo », le site de rencontres pour doctorants

« Il n’y a pas moins de 11.000 thèses soutenues chaque année, en France » rappelle Mathieu Rouault, fondateur de « Docteo ». Selon lui, ce vivier de matière grise manque d’espace pour s’exprimer, échanger, se développer.

Grâce à son projet de « média des jeunes chercheurs », il espère que les jeunes doctorants, qui représentent « l’avenir de la science » pourront davantage échanger, par exemple, sur les bons tuyaux et les bonnes pratiques à connaître pour préparer sa thèse.

L’ambition de ce réseau social pour chercheurs serait aussi de médiatiser des conférences de hauts niveaux, et de décloisonner les barrières entre les différents types de savoirs. 

> Devenir Einstein en jouant, bientôt possible grâce à « Night Science » ?

« Night Science » était peut-être le projet le plus original, en tout cas celui dont on ne sait pas encore ce qu’il va en sortir. Selon Kévin Lhoste, qui porte le projet en France avec François Taddei, il s’agit de « créer une plateforme sur les jeux de découverte scientifique », à la manière de ‘Fold it’, qui a inspiré la démarche.

Le but est d’offrir, sur Internet mais pas seulement, des jeux qui permettent d’appréhender des concepts scientifiques en « jouant », « questionnant » ou « faisant ». Pour ce faire, les étudiants d’universités françaises - comme Paris V - ou étrangères - Harvard participera notamment - ont jusqu'à janvier pour présenter leurs idées et constituer des équipes, qui représenteront leurs pays.

Une grande compétition devrait ensuite avoir lieu entre tous les groupes à Paris, vers la fin 2012, afin de désigner le jeu le plus convaincant, qui bénéficiera de fonds pour être développé. Une sorte d’Imagine Cup dédiée aux jeux de découverte scientifique. Tous les détails sont disponibles ici.

Jason Wiels le 02/12/2011
jason
Jason Wiels le 02/12/2011
Photographie : par Knowtex, via Flickr

Pingbacks and trackbacks (1)+

Ajouter un commentaire


Loading
biuquote
  • Comment
  • Preview

S'abonner à la newsletter

Votre adresse email sera uniquement utilisée pour vous envoyer la newsletter de RSLN. Microsoft ne l'utilisera pour aucune autre communication, qu'elle soit commerciale ou institutionnelle. Microsoft ne vend ni ne loue ses listes d'abonnées à des tiers.