Suivez-nous également sur Twitter @RSLNmag
Stéphane Distinguin, fondateur et dirigeant de faberNovel, Agence d'Innovation(photo : Stéphane Lavoué)

Stéphane Distinguin Réinventer la littérature plutôt que le livre

La lecture numérique n'a pas encore eu son iPod. Même si l'horizon semble radieux pour les tablettes et les liseuses électroniques, ces périphériques sont encore loin d'offrir le même niveau de confort qu'un livre imprimé : encore aujourd’hui le livre de Gutenberg reste le meilleur support possible de l’écrit, celui qu’on annote, qu’on corne, qu’on prête, qu’on collectionne, qui prend les grains de sable entre ses pages sur la plage. Il est aussi celui qui révèle et souligne un statut social : combien d’acheteurs de « livres de table basse » ou du dernier Goncourt qui n’en sont pas les lecteurs ?

 
Néanmoins, des technologies en développement telles que les écrans réflectifs Mirasol (développés par Qualcomm) ont un rendu similaire à celui d'une feuille de papier tout en offrant couleur, vidéo et visibilité en plein soleil. L'avènement du livre numérique ne pourra se faire sans ces améliorations.
 
Le livre, dans sa forme numérique, devra se réinventer. La dématérialisation implique de revoir notre rapport à la lecture : le « livre » numérique ne sera ni homothétique (un livre simplement numérisé), ni uniquement enrichi. Sur Internet, le contenu est considérablement amélioré par son contexte. Les fonctionnalités sociales (que l'on découvre grâce à des sites tels que Babelio ou Copia) tracent déjà des perspectives captivantes.
 
Au-delà du contexte, c'est surtout au niveau de l'expérience offerte à l'utilisateur que se situent les opportunités les plus innovantes. Le livre dans son acception classique coexistera avec des formes plus originales, telles que le Cathy's book, un livre-jeu où se mêlent continuité de la lecture et interactivité avec le lecteur. Comment les auteurs saisiront-ils toutes les nouvelles possibilités offertes par ces nouveaux supports ? Ce serait donc la littérature avant le livre qu’il faudrait réinventer...
Ingénieur et spécialiste de l'intelligence artificielle et des nouvelles interfaces
Maître de conférences associé à l'Université Paris 8, enseignant le multimédia dans plusieurs écoles d'art : Le Havre, Rennes, e-Artsup
Calimaq, conservateur des bibliothèques le jour, est également un blogueur spécialisé dans les questions juridiques liées à l'activité des bibliothèques, et notamment tout ce qui touche à la propriété intellectuelle et aux droits d'auteur.
Auteur de Journal d'un Caprice (http://www.journalduncaprice.com/), roman multimédia (éd. Leezam)
Auteur-compositeur-interprète, ancien Directeur Général de Flammarion, fondateur en 1997 de la première maison d’édition en ligne au monde, 00h00.com
PDG de Starzik, plate-forme française de téléchargement légal
Auteur d'un carnet de voyage poétique, Inde mon intouchable.
Conseil en édition numérique auprès des éditeurs de livres, des libraires et des diffuseurs, CEO IDBOOX
Cofondateur et directeur délégué général, Groupe Reflect, agence de marketing interactif et relationnel.
CEO de Leezam, librairie numérique qui propose des livres à lire sur tous les smartphones
Directeur de la recherche - Strate College Designers

1 Comments


Diogène

euh le Kindle n'a-t-il pas, en terme de vente aux US, surpassé l'ipad ? la liseuse électronique n'a pas le même niveau de confort qu'un livre traditionnel ? billevesée. Les tablettes sont trop fatigantes, c'est vrai mais un reader avec de l'e-ink est comparable avec un livre... je pensais avoir des difficultés à rentré dans ce nouveau genre de support (ne supportant pas de lire sur écran lcd) ...au final : que nenni , je suis devenu demandeur en ebouquin ! epublivore. Un livre électronique peut se prêter comme Barnes & Noble le permet avec son système Lend Me. Ce qui importe pour moi en tant que lecteur ce n'est pas le contenant mais le contenu ... et je trouve la vision "ah ma bonne dame, le livre c'est p'us c'que c'était" me gonfle et ça sent le rance. Je suis entièrement d'accord que les formats actuels doivent évoluer : l’exemple de l’epub est flagrant… nous n’en sommes qu’au début. De même au niveau du matériel, la technologie Mirasol est très intéressante et laisse entrevoir des perspectives fascinantes sur des avenirs probables.Ce que je ne souhaite pas c'est le livre gadget. Un iPad bis. Un truc m’as-tu vu.Ce que je voudrais avec mon reader c'est partager mes envies de lectures, sauvegarder dans les nuages mes notes et les citations qui ont attiré mon esprit… ça mon Nook ne le permet pas. C’est bien dommage.

le 21 January 2011

Ajouter un commentaire


Loading
biuquote
  • Comment
  • Preview

S'abonner à la newsletter

Votre adresse email sera uniquement utilisée pour vous envoyer la newsletter de RSLN. Microsoft ne l'utilisera pour aucune autre communication, qu'elle soit commerciale ou institutionnelle. Microsoft ne vend ni ne loue ses listes d'abonnées à des tiers.