Blog

Portrait : mais qui est donc Clay Shirky ?

21

Le 31 janvier, nous recevrons Clay Shirky au campus Microsoft France, pour la troisième rencontre RSLN – les inscriptions se passent par ici sur Facebook, elles sont ouvertes à tous, et vous pouvez jeter un œil aux deux premiers épisodes, avec Andrew Keen et Brian Solis.

Shirky, qui délivrera sa première grande conférence en France à cette occasion, occupe une place de premier plan dans la vie des idées liées à internet. Sa vision, souvent positive – certains disent plutôt « naïve » - est l’une de celle qui créé le débat : connaissez-vous beaucoup de billets de blogs entraînant … plus de 1200 réactions ?

Comment devient-on un « gourou » du web, pensionnaire des meilleures facs américaines ? Le portrait de Shirky que nous publions ici dessine une réponse sans doute déroutante pour nous autres frenchies. Car Shirky, qui n’a aucune formation particulière, et encore moins un bagage technique très lourd, sait avant tout … mêler énormément d’éclectisme.

> Quand Clay Shirky brûlait les planches ... avec des canaux IRC

Un diplôme en art dramatique, cela peut mener à tout … surtout lorsque l’on tombe amoureux d’Internet. Le parcours atypique de Clay Shirky en est l’illustration parfaite. Diplômé en art du prestigieux Yale College cum laude en 1986, il commence sa carrière au théâtre, en tant qu’auteur et acteur.


Son CV de l’époque montre des participations à des pièces variées : de United Airlines, « transcription littérale d’une conversation air-sol pendant une catastrophe aérienne » à Bob Barker Bucharest Brady Bunch Brecht, « requiem pour la Guerre Froide ».

Mais sur ce document, un élément met la puce à l’oreille sur l’autre passion de Shirky. Regardez donc la rubrique langues :

Français, Unix, Perl et Java. Soient trois langages éminemment geeks.

Et, effectivement, en creusant un peu, on réalise que, dès 1994, Internet avait pointé le bout de son nez dans la vie et dans le travail de Shirky.

Le scénariste/acteur se lance alors dans le « théâtre assisté par ordinateur » : Tonight, pièce interprétée par la troupe norvégienne Baktruppen, permet aux 
spectateurs d’ interagir, par l’intermédiaire d’un canal IRC, retransmis en direct sur scène et qui était régulièrement diffusé grâce un synthétiseur vocal.

> Entre la fac, l’entreprise et les nouveaux médias

La suite du parcours de Clay Shirky est plus traditionnelle : il publie divers ouvrages traitant des modifications apportées par l’Internet et apparaît comme témoin expert de la culture Internet à la Cour Suprême américaine en 1996.

Il commence également dans le même temps à enseigner en se focalisant sur les nouveaux médias et sur les changements apportés par le Web.

Après une expérience en tant que responsable nouvelles technologies pour un média en ligne new-yorkais, il devient associé dans un groupe d’investissement, en tant que spécialiste des questions technologiques.

> Aujourd’hui : l'université, les blogs et les grands journaux

Shirky truste désormais les pages « débats » des principales publications américaines : on le retrouve sur le New York Times, le Wall Street Journal ou encore Wired. Il partage le reste de son temps entre son métier de consultant, d’enseignant et d’écrivain sur l’impact social et économique des technologies de l’Internet.

Le 7 décembre, la prestigieuse New York University annonçait d'ailleurs fièrement que Shirky allait devenir l'un de ses professeurs à plein temps, spécialisé dans les changements économiques et sociaux portés par les technologies de l'Internet. Avant, sans doute, de nouveaux aller-retour.

Shirky a aussi une « existence propre » en ligne : il n’hésite pas à se mettre à avant, par exemple,en commentant de nombreux articles - comme ici à propos de Wikileaks et du Département de la Défense américaine

> Les idées clefs pour comprendre la pensée de Shirky

Clay Shirky concentre la majeure partie de son travail à étudier comment les technologies décentralisées, c'est-à-dire donnant le pouvoir et des outils de création aux utilisateurs, créent de nouvelles formes de collaboration, aussi bien dans les affaires, que dans la science ou l'art.

Il défend l'idée de cette alternative face à la création centralisée qu'il estime trop limitée. Mais cette création n’a rien de technologique, elle ne peut naître que lorsque la technologie s’efface au profit de l’usage :

« Les outils de communication ne deviennent socialement intéressant que lorsqu'ils deviennent technologiquement ennuyeux : c'est quand la technologie devient normale, puis omniprésente et finalement tellement envahissante qu'elle devient invisible, que les véritables changements profonds se produisent. »

C’est ainsi que lorsque les réseaux sociaux et les services de micro-blogging deviennent invisibles, ils permettent par exemple aux citoyens des régimes répressifs de témoigner de leurs expériences et de contourner la censure, redéfinissant la hiérarchie de l’information et la nature de la politique.

Sur ce point, il est assez éloigné de la pensée critique (et stimulante) d’un Evgeny Morozov, sans pour autant se priver de critiquer la position du Département de la Défense américain qui, selon lui, prône l’ouverture et la transparence uniquement lorsque c'est dans son intérêt, et s’y oppose dès que le processus lui nuit.

> De 4chan aux LOLcats …

Dans son dernier livre, "Cognitive Surplus : Creativity and Generosity in a Connected Age" sorti en 2010 et qui complète des idées qu'il avait déjà développées, Shirky montre comment les individus apprennent à mieux utiliser leur temps libre pour dépasser le simple état de consommation pour devenir des créateurs actifs et s'engager ainsi dans de nouvelles formes de collaborations.

De 4Chan aux LOLcats en passant par Wikipedia, Shirky pense que toutes ces formes de création extrêmement diverses ont de la valeur et influencent de nouvelles formes d'expression.

Et l'argument central de son argumentation pro-LOLcat est simple : toute création est de toute façon bien plus préférable que les centaines de milliers d'heure passées devant la télévision.

En réutilisant ce temps disponible et les possibilités offertes par le Web social et les réseaux sociaux, nous construisons chacun à notre échelle un monde meilleur. C’est ce qu’il englobe sous l’expression « surplus cognitif » (pour regarder sa présentation à TED c’est ici).

> Quel impact pour les travaux de Shirky ?

Majeur comme le montrent à la fois les louanges … et les violentes critiques qu’il a reçu, témoins d’un poids certain dans le débat numérique.

Dans sa Longue Traine, Chris Anderson loue Shirky et le définit comme un « penseur majeur des transformations sociales et économiques induites par les technologies de l’Internet ».

En Avril 2010, Kevin Kelly, co-fondateur de Wired, crée même le « principe de Shirky » :

« Les institutions essaieront de préserver le problème auquel elles sont la solution. »

A l’origine de ce principe, il y a un billet publié sur le blog de Shirky (et très bien analysé par Xavier de la Porte ici) dans lequel il interroge pourquoi les entreprises médiatiques sont structurellement incapables de changer parce qu’elles sont toujours en train de régler un problème précédent et donc incapables de se propulser vers le futur.

> Les critiques

C’est précisément lorsqu’il aborde les bouleversements causés par l’Internet aux médias que Shirky est le plus attaqué : en témoignent les plus de 1200 réactions à un billet intitulé « Newspapers and thinking the unthinkable », publié en 2009, dans lequel il s’attache à montrer la faiblesse des modèles économiques médiatiques :

« « Si le vieux modèle est cassé, qu’est-ce qui va marcher à sa place ? » La réponse est simple : rien.

Rien ne marchera. Il n’y pas de modèle général pour que les journaux remplacent celui qu’Internet vient de casser. Avec la destruction de l’ancienne économie, les formes organisationnelles optimisées pour la production industrielle doivent être remplacées par des structures optimisées pour les données digitales.

Cela a très peu de sens de parler d’une industrie de l’édition, parce que le problème que l’édition résout – l’incroyable difficulté, complexité et dépense de rendre quelque accessible au public – n’est plus un problème avec l’Internet. »

Les réponses sont cinglantes, comme celle d’Adrian Monck, directeur de la communication et des medias du Forum Economique mondial :

« Le vrai problème que j’ai avec Shirky, c’est qu’il pense que les journaux américains sont condamnés à cause des technologies digitales, ce qui est complètement faux. »

Mais les divergences de point de vue et d’interprétation ne doivent pas occulter l’immense influence de Shirky. Au point qu’Andrew Keen, qui est pourtant très loin de partager les vues enthousiastes de Shirky, lui reconnaît des qualités certaines :

« Prenez Clay Shirky : je ne partage pas forcément ses positions, mais c’est un généraliste, capable de parler aussi bien journalisme qu’entreprenariat.

Nous avons besoin de généralistes de talent, éclectiques, qui articuleront des idées et des discours clairs piochant hors de leurs disciplines d’origine. » nous avait-il expliqué, lorsque que nous l’avions interrogé sur l’évolution de la figure des intellectuels à l’heure numérique.

Certains (et parmi eux Andrew Keen voire Brian Solis qui se présente comme un juste milieu entre ces deux extrêmes) critiquent son éternel optimisme et son idée que l’homme est fondamentalement bon, comme il l’explique dans « The Internet runs on love » :

« Nous nous sommes toujours aimés les uns les autres. Nous sommes humains. Et nous sommes plutôt doués pour cela. Mais jusqu’à récemment, le rayon et la durée de vie de cette affection étaient assez limités. Avec seulement l’amour, vous pouvez faire une fête d’anniversaire tous ensemble.

En y ajoutant des outils de coordination, vous pouvez écrire un système d’exploitation. Dans le passé, nous pouvions faire de petites choses avec l’amour, mais les grandes demandaient de l’argent. Maintenant nous pouvons faire de grandes choses pour l’amour. »

Mais qui pourra vraiment lui reprocher d’aimer ainsi son prochain ?

> Crédits illustrations :

Arthur Jauffret le 22/12/2010
arthur
Arthur Jauffret le 22/12/2010

21 Comments


RSLNmag

C'est un peu notre cadeau de Noël #RSLN : le 31 janvier, nous accueillons Clay Shirky. Petit portrait en attendant : http://bit.ly/gMsRq8

le 23 December 2010
m_dab

RT @RSLNmag: C'est un peu notre cadeau de Noël #RSLN : le 31 janvier, nous accueillons Clay Shirky. Petit portrait en attendant : http://bit.ly/gMsRq8

le 23 December 2010
fcinq

Clay Shirky @ #RSLN le 31 janvier, c'est un peu mon cadeau de Noël à moi -- avec du LOLcat et du 4chan à l'intérieur : http://bit.ly/gMsRq8

le 23 December 2010
hisaac25

RT @RSLNmag: C'est un peu notre cadeau de Noël #RSLN : le 31 janvier, nous accueillons Clay Shirky. Petit portrait en attendant : http://bit.ly/gMsRq8

le 23 December 2010
microsoftfrance

RT @RSLNmag: C'est un peu notre cadeau de Noël #RSLN : le 31 janvier, nous accueillons Clay Shirky. Petit portrait en attendant : http://bit.ly/gMsRq8

le 23 December 2010
CDIMercoeur

Portrait: Clay Shirky www.rslnmag.fr/.../

le 01 January 2011
versac

RSLN reçoit Clay Shirky le 31 janvier. Places ouvertes, inscription ici : http://on.fb.me/dXhAeW. Portrait là : http://bit.ly/gv9OOZ

le 04 January 2011
la_fing

RT @versac: RSLN reçoit Clay Shirky le 31 janvier. Inscription : http://on.fb.me/dXhAeW. Portrait : http://bit.ly/gv9OOZ

le 04 January 2011
internetactu

RT @versac: RSLN reçoit Clay Shirky le 31 janvier. Inscription : http://on.fb.me/dXhAeW. Portrait : http://bit.ly/gv9OOZ

le 04 January 2011
cecildijoux

immanquable ! RSLN @versac reçoit Clay Shirky le 31 janvier. inscription ici : http://on.fb.me/dXhAeW. Portrait là : http://bit.ly/gv9OOZ

le 04 January 2011
FloPail

Clay Shirky le 31 janvier à Issy-les-Moulineaux : www.rslnmag.fr/.../

le 04 January 2011
anderscorenews

RT @internetactu: RT @versac: RSLN reçoit Clay Shirky le 31 janvier. Inscription : http://on.fb.me/dXhAeW. Portrait : http://bit.ly/gv9OOZ

le 04 January 2011
versac

RT @cecildijoux: immanquable ! RSLN @versac reçoit Clay Shirky le 31 janvier. inscription ici : http://on.fb.me/dXhAeW. Portrait là : http://bit.ly/gv9OOZ

le 04 January 2011
codorniou

Venez rencontrer Clay Shirky chez Microsoft France ! http://bit.ly/hoGVHe  www.facebook.com/event.php?eid=141173622603762

le 06 January 2011
loic

RT @codorniou: Venez rencontrer Clay Shirky chez Microsoft France ! http://bit.ly/hoGVHe  www.facebook.com/event.php?eid=141173622603762

le 06 January 2011
Herve921

Ne manquer sous aucun prétexte: Clay Shirky à Paris le 31/01 www.rslnmag.fr/.../

le 06 January 2011
Hervé 921

Excellent portrait de celui qui fait comprendre ce que vont changer Internet et les réseaux sociaux dans la vie sociale, économique, politique etc ... : TOUT

le 06 January 2011
fdegouzon

Clay Shirky at MS France Jan 31 http://bit.ly/fLJg1Z Will consider joining as I will be in Paris for the week end.

le 10 January 2011
Paris_DesignLab

Clay Shirky le 31 janvier, conf chez Microsoft France http://tinyurl.com/5rljpxv

le 11 January 2011
arichardlaurent

RT @Paris_DesignLab: Clay Shirky le 31 janvier, conf chez Microsoft France http://tinyurl.com/5rljpxv

le 11 January 2011
fbataill

RT @Paris_DesignLab: Clay Shirky le 31 janvier, conf chez Microsoft France http://tinyurl.com/5rljpxv

le 11 January 2011

Ajouter un commentaire


Loading
biuquote
  • Comment
  • Preview

S'abonner à la newsletter

Votre adresse email sera uniquement utilisée pour vous envoyer la newsletter de RSLN. Microsoft ne l'utilisera pour aucune autre communication, qu'elle soit commerciale ou institutionnelle. Microsoft ne vend ni ne loue ses listes d'abonnées à des tiers.