Économie numérique

Le « design de services » : quand le design veut permettre de mieux vivre ensemble

14

C’est une discipline relativement récente en France, mais qui existe chez certains de nos voisins européens depuis une quinzaine d’années déjà.

L'éclosion du « design de services », terme qui renvoie à une multitude de concepts et d’applications, traduit une tendance de fond : l’envie des designers d’appliquer au monde des services (télécommunications, transports ou encore services financiers), leur démarche de co-conception, dans un processus ascendant.

Interfaces, sites d'échanges, communautés web : le numérique est partie intégrante des services imaginés par les designers. Porteur de solutions, il accompagne les principes même du design de service : interactivité, participation et innovation.

> Le design de services : l’humain au centre de la réflexion

Reprenons la définition d’Anne-Marie Boutin, présidente de l’Agence pour la Promotion de la Création Industrielle (APCI):

« Le design de services est la production d’un service, à travers la conception de ce service en lui-même, et non pas seulement à travers sa réalisation ».

Le designer n’intervient pas seulement en aval d’un projet, pour en dessiner la forme, mais participe à sa conception, en analysant les besoins de l’utilisateur et en tentant de maximiser l’utilité du service.

Une méthodologie qui s’accompagne d’une idée forte, ajoute Anne-Marie Boutin :

« On ne cherche plus à imposer des produits de consommation, mais à comprendre les attentes et les besoins des utilisateurs. Ceux-ci ne sont d’ailleurs plus perçus comme de simples consommateurs, mais comme des acteurs à part entière. »

Plus encore que dans le design d’objets, le design de services place donc l’individu au cœur du processus de réflexion et de conception du projet, comme l’explique Giuseppe Attoma, créateur de  l’agence Attoma Design :

« Le but est de rendre les consommateurs co-concepteurs des projets, dans un processus ascendant : l’information doit venir de la base. » 

Christophe Tallec, designer de services, partage cette définition :

« On cherche à développer une co-production meilleure, et plus innovante, grâce à l’expérience de l’usager ».

Améliorer la vie en société : un objectif évident pour Dominique Sciamma, designer et directeur du développement et de la recherche au Strate college :

« Le design est obligatoirement social, puisque le designer s’intéresse aux situations de vie, et tente d’y apporter des améliorations. »

> Concrètement, on le retrouve où et sous quelle forme ?

Quelques exemples pour mieux appréhender les applications possibles du design de services :

Le projet « Visa Prism », développé par User Studio, propose aux clients de la carte d’accéder à une gestion colorée, par type de dépenses, de son compte en banque, afin de visualiser et de mieux gérer leur budget.

L’agence Attoma design a imaginé les bornes de rechargement Navigo en pensant le comportement des abonnés : simplicité et écrans tactiles pour plus de rapidité.

Pour concevoir des sièges-auto plus sûrs et plus confortables, l’agence In Process a placé des caméras à l’arrière des sièges conducteurs, afin d'observer le comportement des enfants pendant les trajets en voiture. Le dispositif permet de voir ce que les parents ne peuvent pas détecter lorsqu’ils surveillent la route.

Dans tous ces exemples, le design de services répond à un objectif : comprendre le comportement des usagers et saisir leurs attentes.  Une méthode nouvelle pour deux résultats : l’innovation et l’efficacité au service de solutions plus intelligentes pour les utilisateurs d’un service.

Mais le design de services dépasse également le cadre de l’entreprise
et fait des émules. Le design social, autre tendance actuelle du design, en découle et vise – très largement - la conception de nouveaux modes relationnels entre les citoyens,pour un « vivre ensemble » plus intelligent,plus solidaire également.

> Le design social: « we cannot not change the world »

Le design social se donne l’objectif  de mettre à profit les ressources du design  pour repenser notre modèle de société et le rapport entre les hommes, à la fois sur les plans matériel et immatériel.

Une définition partagée par l’organisation Social Design Site, dont le slogan affiche la couleur :

« Nous ne pouvons pas ne pas changer le monde ».

Selon Armel Le Coz, designer indépendant, le design social consiste simplement en la manière

« à utiliser les méthodes d’innovation que permet le design, pour concevoir des produits ou des services à visées sociales».

Une définition que partage Magalie Pedrono, designer et spécialiste du sujet :

« Là où le design traditionnel s’attache aux envies de l’individu pour créer des produits à but essentiellement lucratif, le design social s’attache aux individus en tant que groupe, sans pour autant négliger les besoins individuels, afin de créer des produits et services à but socioculturel.»

> Dans le champ politique : le design, bras armé de la démocratie participative ?

En Californie, la plateforme californiandreams invite la population à imaginer le futur de leur région et propose des scénarios d’entraide, en cas de catastrophes naturelles par exemple.

Au Royaume-Uni, le site My Police permet aux citoyens de poster leurs anecdotes et leurs ressentis à l’égard des forces de l’ordre, avec dans l’idée d’améliorer le service au quotidien.

Aux Etats-Unis, le projet Commit to vote mis en place au cours de la campagne de Barack Obama s’est servi des réseaux sociaux pour inciter les jeunes à voter.

En France, les projets commencent à émerger, sur le plan politique et citoyen. Le Conseil Général du Val de Marne a ainsi bénéficié du programme Innovations démocraTIC, lancé par la FING en 2010.

Administrés et membres du CG
ont participé à des ateliers-débat et produit des avis et recommandations, et assistent via un site web au déroulement de la prise de décisions issue de leur consultation. Ils peuvent ainsi suivre le calendrier des réunions, consulter l'ordre du jour, lire les comptes-rendus et même les partager sur les réseaux sociaux.

Le design intervient de la conception
du projet à sa réalisation, à travers les représentations graphiques des propositions émises et la construction d’un blog. Le but : nourrir la décision politique d’une part, et afficher visibilité et transparence dans la prise de décisions de l’autre.

Christophe Tallec a de son côté imaginé Utilisacteur, une communauté d’usagers des transports publics et d’automobilistes, qui permet aux utilisateurs de se renseigner mutuellement sur les conditions de trafic, de circulation des transports en commun, et propose des solutions de covoiturage :

Interaction et participation : ces deux piliers du design social sont bien utilisés, dans ces exemples, pour concevoir de nouveaux dispositifs relationnelset  permettre une meilleure gestion de la vie en communauté.

> L’extension au terrain social

Quelques sites web rassemblent des dizaines de projets de design social, à l’instar du Social Design Site, et constituent parfois véritables réseaux sociaux, comme Design 21 et Design for the other 90%, qui visent à mettre en relation les designers intéressés par les projets sociaux et  les détenteurs de projets innovants.

Les résultats ? Le design social développe des solutions dans de multiples domaines, de l’hébergement de crise post-catastrophes naturelles aux Etats-Unis, aux abribus australiens conçus comme des abris de secours pour les SDF :

Dans l’hexagone également, le design social se développe. La Cité du design a ainsi participé à la conception de plusieurs projets sur le territoire stéphanois. La réhabilitation d’un ancien commissariat en habitat d’urgence a illustré le travail de design social : par ses aspects citoyens, de considération et d’aide aux plus démunis, mais également sa conception pratique, écologique et bien sûr esthétique.

Autant de problématiques auxquelles s’intéresse le designer social,
qui vise finalement à répondre à l’ensemble des besoins de la société.

Si le design social continue de se développer, il pourra peut-être servir  à la conception de chaque nouveau projet, dans une recherche de solutions globales. Bref, comme le rappelle Dominique Sciamma :

« Le design se préoccupe nécessairement de toutes les problématiques de société : il s’agit finalement de réfléchir à comment faire plus, et mieux, avec moins. »

> Illustrations utilisées dans le billet

14 Comments


RSLNmag

Deuxième volet de notre enquête sur le #design : le design de services, c'est quoi ? http://bit.ly/hsabo9

le 29 November 2010
smartayan

RT @RSLNmag: Deuxième volet de notre enquête sur le #design : le design de services, c'est quoi ? http://bit.ly/hsabo9

le 29 November 2010
mdenie

Le « design de services » : quand le design veut permettre de mieux vivre ensemble http://bit.ly/ew983L

le 30 November 2010
Silvae

[veille] Le design de services : quand le design veut permettre de mieux vivre ensemble http://dlvr.it/9RDQ9

le 30 November 2010
repeatagain

Le design de services http://dlvr.it/9RDQ9 allo monsieur 3M ?! #RFID via @silvae

le 30 November 2010
armel_lecoz

Le « design de services » : quand le design veut permettre de mieux vivre ensemble : http://bit.ly/hsabo9

le 01 December 2010
mypolice

MyPolice featured in  a french magazine (micosoft monthly research publication) http://bit.ly/hsabo9 thanks @tallecChristoph

le 03 December 2010
swpolice

RT @mypolice: MyPolice featured in  a french magazine (micosoft monthly research publication) http://bit.ly/hsabo9 thanks @tallecChristoph

le 03 December 2010
UserStudio

@rslnmag de Microsoft parle de @UserStudio dans son article sur le #designdeservice  http://bit.ly/ew983L #servicedesign #design

le 05 December 2010
UserStudio

@rslnmag de @microsoftfrance parle de @UserStudio dans son article sur le #designdeservice http://bit.ly/ew983L #servicedesign #design

le 05 December 2010
usercentric

Le « design de services » : quand le design veut permettre de mieux vivre ensemble http://dlvr.it/9RDQ9 #idemocraTIC

le 14 February 2011
UXfeeder

Delicious: Regards sur le numérique - Le "design de services" pour mieux vivre ensemble: On retient... http://bit.ly/e4gQCQ [innovation]

le 18 February 2011
urbamediascope

#coproduction Design, bras armé de la démocratie participative (en exemples) http://bit.ly/e4gQCQ

le 19 February 2011
maxneill

RT @urbamediascope: #coproduction Design, bras armé de la démocratie participative (en exemples) http://bit.ly/e4gQCQ

le 23 February 2011

Pingbacks and trackbacks (1)+

Ajouter un commentaire


Loading
biuquote
  • Comment
  • Preview

S'abonner à la newsletter

Votre adresse email sera uniquement utilisée pour vous envoyer la newsletter de RSLN. Microsoft ne l'utilisera pour aucune autre communication, qu'elle soit commerciale ou institutionnelle. Microsoft ne vend ni ne loue ses listes d'abonnées à des tiers.